Kyrie Eleison - Les enfants de Satan

Enfants de Dieu, vous voilà adoptés par Satan...
Forum Rpg.

 
Nous sommes en mars 1850...Le temps est plutôt à la pluie du côté de Paris, brumeux pour la Transylvanie et clément en Italie...


Les prédéfinis sont arrivés ! Adoptez-les, ils sont adorables <3

Partagez | 
 

 Julien [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julien Torres
avatar

Récits :
13

Localisation :
Suisse



MessageSujet: Julien [En cours]   Dim 15 Juil - 11:17


Julien
"Que serait la vie sans jeux?"











Généralités.

Nom : Julien
Âge : 1530 ans
Date de naissance et de mort : 29 février 299 - 3 mars 320
Race : Vampire
Caste : Sage
Clan : Enjôleur/Sage
Éventuels enfants : Entrain de cogiter dans ma tête ^^
Créateur : Entrain de cogiter dans ma tête ^^









Récit psychologique.




Au premier abord, Julien avait tout d'une personne froide, distante. Le "jeune homme" aimait rester discret sur sa vie, de ce fait, il ne racontait presque jamais deux fois la même chose à deux personnes différentes et surtout il n'avait jamais parlé de toute sa vie à quelqu'un. Son long chemin lui permettait de choisir ce qu'il disait et d'avoir de multiples récits sans mentir.

Mais quand on perçait l'épaisse carapace qui le protégeait, on trouvait une personne amicale. Certes, pour y arriver il fallait du temps, car le Danois ne se laissait pas approcher si simplement et donnait encore moins vite sa confiance. Il adorait l'esprit des mortels, si simple, si naïf. Bien sur, certains étaient loin d'être bête, heureusement autrement il s'ennuierait, mais ces traits amusaient l'immortel.

Quand à la discrétion du vampire, elle énervait même ses confrères, il laissait tomber ses informations personnelles au compte gouttes, d'ailleurs personne ne connaissait vraiment son transformateur, ni comment cela s'était passé. De plus, son sang-froid était impressionnant, il ne laissait ressortir que peu d'expressions, sauf quand elles étaient nécessaires. Ses jeux avec les humains ne s'arrêtaient pas qu'aux femmes, pourquoi se limiter à un seul genre? Il finissait souvent aux bras d'un bel homme. C'était une façon de provoquer ces dames, mais son sentiment envers les deux sexes était sincère et réel.

Il avait appris à apprivoiser la patience avec le temps, Julien ne ressemblait pas du tout à ces vampires frais, impatients et capricieux. Le Nordique aimait jouer avec les humains, les attirer, les charmer et puis…, mais contrairement à beaucoup d'autres spécimens de sa race, il pouvait laisser vivre un humain longtemps, voir même ne jamais penser l'attaquer. Son appréciation de la race humaine était trop haute pour les tuer les uns après les autres. Il les enviait de pouvoir ressentir des sentiments alors que lui ne pouvait que s'en rappeler. Qu'aurait-il donné pour ressentir ne serait-ce que l'amour pour une seule nuit? Beaucoup de choses…

Le vampire était très observateur du monde qui l'entourait, cherchant toujours à apprendre de nouvelles choses, sa curiosité était extrême. Il cherchait à comprendre l'homme et son évolution à travers les âges. Ceux qui avaient eu la chance de le connaître trouvèrent en lui quelqu'un d'attachant, de charmant, de cultiver mais aussi de drôle. L'immortel aimait l'humour léger, rire, il faut dire qu'il avait adoré jouer pour Molière ou encore d'autres grands comédiens qui mettaient la farce en avant.

Le temps avait aiguisé sa franchise, ce qui ne plaisait pas forcément à tout le monde. Quand Julien avait quelque chose à dire, il le disait sans passer par quatre chemins, pourquoi s'égarer dans l'inutile? Il n'appréciait pas du tout les gens faux, le menteurs, ceux qu'il nommait les langues fourchues. Ces gens qui préféraient détourner la vérité à leur propre profit ou pour retarder l'inévitable. Nombre de ses ennemis avaient cette malformation du muscle buccale, heureusement pour lui qu'il avait appris à les reconnaitre…

Malgré plus d'un millénaire sur la planète bleue, sa personnalité n'avait pas moins de faille qu'au début. Le même mal le martelait toujours au plus profond de son être, mais il savait mieux cacher ses sentiments, il ne fallait pas les montrer, surtout pas aux autres buveurs de sang. Avant de s'endormir, il avait souvent une pensée pour son ancienne vie, "la belle", celle des sentiments, celle qui avait une fin. Après ce voyage douloureux coulait une larme de sang sur sa joue en souvenir de son pêché.









Récit physique.



Sa beauté était évidente, le temps ne laissait pas de traces sur lui, contrairement à tous ces mortels, d'ailleurs son millénaire lui avait laissé quelque chose en plus que la beauté, le charisme, l'élégance certainement... Il n'était pas parfait, comme ces statues greques, mais son charisme ne laissait pas grand monde indifférent. Le vampire d'origine danoise était athlétique, fin. Sa musculature était légère, pas trop voyante mais présente. Son allure était majestueuse, chacun de ses gestes étaient gracieux, comme s'ils avaient été réfléchis à l'avance, ce qui était le cas. Une prestance incroyable se dégageait de ce grand corps de plus d'un mètre quatre-vingt, il attirait toujours l'œil par sa façon de bouger, de parler, qui avaient été travaillée pendant des siècles. C'était son âge qui lui conférait toute cette élégance, le temps avait figé sa beauté et l'avait rendu plus attirant, plus raffiné. Il portait souvent un ensemble rouge pour se démarquer de la foule qui était composé d'une chemise en satin, d'un manteau mi-long et d'un pantalon rayé en velours. Ses mains étaient longues et ses doigts fins feraient rêver n'importe quel pianiste. Mais quand vous touchiez sa peau, bien qu'il porte tout le temps des gants pour cacher ses ongles couleur transparente, vous pouviez sentir le froid inhumain de sa chair. Elle était blanche, pâle.

Ses yeux étaient bleus clairs et tiraient sur le gris, changeant de teinte selon le temps. Ils ont toujours été la plus belle partie de son corps, lui avait-on dit. Leur profondeur était ensorcelante, bien des mortels y restaient des heures, certains s'y étaient même perdus. Il avait de longs yeux en forme d'amande bien ouvert. Son long nez aquilin était droit, un peu pointu, assez étroit et ses pommettes étaient légèrement saillantes. Ses lèvres étaient fines, roses-pâles, mais n'en restaient pas pour le moins pulpeuse et charmante. Sa bouche avait attiré beaucoup de personnes, mais celle-ci cachait l'arme la plus destructrice de ce corps: ses canines.

Ses cheveux bruns-foncés étaient mi-longs et faisaient ressortir son teint de porcelaine. Julien mettait souvent un léger trait de khôl noir sous son regard pour rendre ses yeux bleus encore plus intense. De fins favoris descendaient depuis le bas de sa chevelure, mais le reste de son visage était rasé de près. La forme de ce dernier était assez ronde, avec un petit menton carré.









Chroniques d'une vie.



~~ Acte 1 ~~

Le jeune Nordique naquit sous l'Empire Romain, mais dans les contrées barbares derrière la frontière de "la Civilisation" par une froide nuit de février. Il vit le jour dans un village qui allait devenir Copenhague, mais à cette époque rien à voir avec la grandeur de celle-ci. La neige recouvrait les toits, camouflant les maisonnettes dans le paysage blanc. Des flocons tombaient sans arrêt depuis deux jours, les sapins qui constituaient la forêt étaient habillés d'un manteau gelé. Des traces d'animaux dans le sol étaient à peine visibles mais aidaient les chasseurs à suivre leurs proies. Le vent sifflait dans entre les conifères, créant un bruit continu qui mangeait la tranquillité des villageois. Sa mère l'appela Julius, mais au fil du temps il s'était renommé Julien, pour éviter de laisser des traces derrière lui.

Son enfance fut plutôt normale, des parents aimants et attentifs mais cela jusqu'à sa rencontre avec Litius, le lendemain de ses seize ans. Julien se lia vite d'amitié avec ce personnage que personne n'aimait dans la région. Tous les habitants de sa bourgade lui déconseillaient d'être à ses côtés car il serait le fruit du Diable. Des dizaines d'histoires tournaient autour de lui; le temps n'aurait aucune conséquence sur son physique qui serait resté bloqué dans le temps; il arriverait à ensorceler n'importe quel humain en ne prononçant qu'un seul mot et la plus étonnante était liée aux disparitions qui se déroulaient depuis son arrivée dans la campagne, il se nourrirait plus depuis vingt ans, personne ne l'a jamais vu manger, ni boire et il se contenterait de tuer de pauvres femmes et de boire leur sang jusqu'à satiété. C'était une vieille folle qui avait lancé ces rumeurs sur lui, elle était connue dans le village pour pratiquer la magie, mais personne n'avait entendu parler d'elle depuis qu'elle avait commencé à trop parler et à répandre ces stupidités sans fondements.

Mais le jeune homme ne s'inquiétait pas de ce qu'on lui disait, préférant écouter les récits passionnants de son ami autour d'un verre d'hydromel, ce que ses parents lui avaient interdit. La façon de s'exprimer que possédait Litius était impressionnante, il racontait le moindre détail comme s'il l'avait vécu, le bruit des flèches, le cri des morts, le son des épées qui se frappaient, mais ceci était improbable car certaines de ces guerres s'étaient passées plus de trois siècles avant sa naissance. Ils passèrent des soirées entières à discuter des événements de ces derniers temps, ils refaisaient le monde à chaque fois à leur guise. Julien apprit beaucoup avec celui qui était devenu en quelque sorte son mentor. Maintenant il connaissait presque chaque herbe et leur vertu, les poisons et leur remède, la géographie ou encore l'histoire.

Mais sa fréquentation commença à créer des tentions dans sa famille, obligeant même parfois le jeune homme à fuguer et à retourner vers son amis. C'est lors de l'un de ses soirs que le Danois découvrit ses réels sentiments pour l'homme qui le recueillait, qui s'étaient déclarés par une réaction très masculine… La vieille avait eu raison sur un point: sa beauté. Il était magnifique, ses traits fins et sa musculature belle. Ses yeux noisettes avaient une profondeur inhumaine. Le premier contact contre sa peau fut étrange, sa chair était autant gelée que la glace. Peut-être avait-il froid?

C'était la première fois que le jeune visitait le gite de son ainé, il avait l'habitude de rester dans la petite salle de vie. Tout était sombre, les fenêtres petites, les rideaux opaques, des vieux tapis recouvraient le sol recouvert d'une couche de poussière impressionnante. Arrivé dans la chambre, Litius se retourna vers Julien et avança sa bouche vers ce dernier devant le pied du lit. Le Danois alla coller ses lèvres contre celle de son amant. Ce fut un baiser long et doux, ce contact somptueux.
-Es-tu sûr de vouloir ce qui va se suivre? Il est toujours temps de repartir, pourras-tu m'aimer jusqu'à la fin des temps? dit le mentor en cassant cet instant paradisiaque.
-Oui, je le veux, je te veux jusqu'à la fin des temps, avait susurré le jeune Danois à l'oreille de Litius avec une voix provocatrice, sans savoir dans quoi il allait s'engager.
Sa jeunesse et son inconscience allait le mener à la perte de tout ce qu'il aimait, de tous ceux qu'il appréciait, mais ce soir là, le désir charnel fut plus important que la raison. D'habitude, il arrivait à garder le contrôle dans ce genre de situation, mais son bel amant l'attirait comme un aimant avec une force que l'on pouvait qualifiée de magique tellement elle était extrême.

Tout se passa rapidement depuis ce deuxième baiser plus langoureux et ardent. C'est sur celui-ci que les caresses commencèrent, cheveux, joues, épaules, chute de reins, chaque parties de son corps étaient explorées par les mains baladeuses et taquines de Litius. Des frissons parcouraient tous les membres de l'adolescent, à cause du froid, mais surtout de la douceur des gestes de son amant. Puis ce fut lui qui prit le dessus, poussant son compagnon sir la literie et lui sautant sur la taille. Leurs regards se croisèrent, ses pupilles étaient énormément dilatées, au point de presque cacher le beau bleu de ses yeux. C'est alors que le Danois commença à le déshabiller. Il saisit la chemisette et la déboutonna lentement, laissant apparaitre un magnifique torse viril, légèrement poilu mais surtout divinement musclé. Sa respiration s'accélérait, ce corps était le siens pour ce soir et il fallait en profiter.

Ce moment paradisiaque dura une éternité, les secondes passaient comme des heures. Ils étaient maintenant allongés, la tête de Julien contre le torse de Litius. Les derniers instants de cette nuit avaient été surprenants, le jeune homme avait eu l'impression de ne pas satisfaire entièrement son amant. , il s'était pourtant appliqué. Mais celui-ci était devenu violant à la fin, comme une bête. Il lui avait étrangement couvert de baisers et lécher le cou, comme si c'était une obsession. Mais il s'était arrêté net à la demande de l'adolescent. Julien était maintenant en plein dans ses pensées quand une phrase le sortit de son monde.
-Cela ne t'embête pas si je continue à t'embrasser le la nuque?
Que pouvait-il bien lui vouloir, qu'avait son cou de spécial, était-il si attirant?
-Si ça te plait vas-y.

Julien venait de signer son contrat de mort avec le diable, quelle idée de laisser un être à la chair froide vous baiser le cou. Sa amant passa sa main gelée derechef sur sa pomme d'Adam et la laissa glisser lentement comme si cela était intense, d'ailleurs il ronronna de ce toucher. Les lèvres de l'immortel vinrent se poser une fois, deux fois,…
-Qu'est-ce que tu me veux? On vient à peine de finir et ta soiffe recommences déjà? Laisse-moi dormir un peu… Arrête s'il te plait
Une voix étrange lui répondit, comme venue des enfers.
-Oui Julien, j'ai soiffe, soiffe de toi et je vais te trainer dans l'infini avec moi, comme tu me l'as demandé.

A peine avait-il eu le temps de se retourner qu'l ressentit une douleur au cou, comme une piqure d'abeille mais intensifiée par mille. La belle bouche pulpeuse de son assassin était sur sa chair. Tout à coup, Julien ne sentit plus ses bras, ni ses jambes, c'était comme si son sang filait de son corps, attiré par ce démon suceur d'hémoglobines. La souffrance était atroce, il avait l'impression de se faire voler son âme petit à petit par un trou trop petit qui se déchirait lentement. Son cœur brûlait sur le bûcher de son inconscience. La douleur lui arracha des cris qui devinrent muets tellement qu'elle était insupportable. Tout son corps bougeait violemment, au début il avait tenté de se dégager mais ses forces le quittaient en même tant que le vampire lui suçait le cou, le laissant comme une pauvre bête inoffensive qui subissait une torture à laquelle elle ne pouvait rien faire.

Mais cette douleur laissa place à de l'envie, elle changea et se transforma pour devenir agréable. Ce sentiment prit tout l'être de Julien et le remplit de frisson. Tout devenait agréable, voir plus qu'agréable. Ce moment était le paradis sur Terre, jamais il n'avait eut cette sensation enivrante qui le portait au porte du septième ciel. Cela faisait tellement du bien qu'il ne contrôlait plus son corps, le laissant à son créateur. Le néant s'empara de lui, l'aspirant doucement. Sa vision devint floue pour laisser le noir devenir souverain.

~~Acte 2~~

La mort, le dernier acte de la vie sur Terre. Il est souvent, comme au théâtre, le dénouement de toute une histoire, une fin tragique ou encore un renouveau, une renaissance. Mais qu'avait-il derrière ce passage? Les morts se retrouvaient-ils entre eux dans un autre monde, ou était-ce juste la fin, le tombé des rideaux, le néant. D'après la religion, les bons croyants iraient au paradis et les mauvais en enfer, rejoindre le royaume des maudits sous terre où brûle un feu eternel.

Une douleur le réanima, toujours au même endroit mais cette fois elle était autre, comme si on lui injectait un nouveau sang. La sensation de brûlure était atroce, ce nouveau liquide implanté dans ses veines se créant un passage parmi celle-ci, de force. Son cerveau tapait sous la pression que cette attaque dégageait. Julien frappait en l'air de toutes ses forces pour tenter d'arrêter ce mal, mais impossible. La souffrance était encore plus violente que son premier assaut, mais là, il ne sombrait pas dans le chaos. Il aurait bien voulu retrouver le calme du rien, où aucun bruit ne vous gène, aucune douleur vous martèle et surtout où il était seul en paix. Il avait rejoint le paradis et ce retour de force le mena au plus profond des enfers.

Puis, plus rien, était-ce fini? Il observait la chambre et vit que rien n'avait bougé, il était toujours sur le lit, étendu dans une position étrange. En ouvrant les yeux, il vit flou, puis tout redevint petit à petit normal et c'est là que l'étrange apparut. Sa capacité visuelle était multipliée, il pouvait presque voir chaque battement d'aile des mouches qui volaient, chaque détail ressortait, même ceux qu'il n'avait jamais vu. Son odorat était devenu fin, à tel point qu'il arrivait à ressentir la moindre odeur dans la maison, il découvrit que les acariens avaient une senteur insupportable, semblable à celle d'un bassin d'égout.

Quand il se releva, son reflet l'attira dans un miroir, qui était ce jeune homme? Il porta sa main à sa joue pour se rendre compte que c'était lui, que s'était-il passé? Pourquoi avait-il tant changé, enfin ses traits n'avaient pas vraiment bougé mais sa peau était devenue plus blanche encore, comme des flocons de neige. Son charisme s'était décuplé par dix, il se trouvait plus attirant qu'avant mais ce qui le surprit le plus ce fut ses dents. Quand il sourit à son double, il remarqua que ses deux canines étaient plus longues et surtout pointues.

Te voilà enfin debout mon bel ange.
Une main se posa sur sa joue doucement, l'haleine de son "transformateur" soufflait sur sa nuque. Ce mince contact le dégouta.
Ne me touche pas! cria Julien de toute sa voix. De longues secondes se coulèrent, laissant un silence mortel.
Que m'as-tu fais?
Mais voyant mon cher, j'ai tenu ma promesse, maintenant tu vas m'accompagner jusqu'à la fin du temps. Nous allons traverser les âges ensembles, tu es vampire, un buveur de sang.
Ces mots sonnèrent dans la tête du Danois, il se sentait de plus en plus mal.
Non, ce n'est qu'un rêve, je vais me réveiller demain matin sans me souvenir de ce qui c'est passé dans mon monde imaginaire, murmura le jeune homme, espérant se convaincre de ce qu'il venait de dire. Il s'assit au bord du lit et se frotta les mains sur le visage.
Mais, penses-y, c'est le paradis… Tu n'as plus besoin de manger, ni de boire et surtout tu vas profiter d'un nouveau plaisir, celui du sang…

Pleins de sentiments se bousculèrent dans sa tête, mais un les surpassait tous: la haine. La haine contre son assassin, la haine contre lui-même, la haine contre sa naïveté, son amour se transforma violemment en rancune. Puis sa gorge était sèche, horriblement aride. Il avait soif, ce mot résonna dans sa tête. Il fallait se sustenter, remplir cette envie de faim. Son créateur le saisit par le bras et l'emmena dans une pièce souterraine. Elle était petite, spartiate. Une longue chaine reliait le mur au corps d'une jeune femme en pleure.

Je savais que tu en aurais besoin, elle est toute fraiche, rien que pour toi. Vas-y défoule toi, bois mon enfant, bois, mais laisse toujours une dernière goutte, autrement la mort te saisira. Je vous laisse, je crois que vous avez à faire ensemble… N'oublies pas, arrêtes toi de boire quand le cœur est sur le point de mourir, autrement il t'emportera avec.

La soif envahit son esprit et il regarda la jeune femme qui était couchée parterre. Ses nouveaux sens lui conférèrent une autre vision de celle qu'il aurait eue en tant qu'homme. Là, elle sentait bon, sa chair fraiche était attirante. Il s'approcha d'elle, son odeur l'ensorcelait. Il lui sauta dessus et lui tira la tête contre le haut d'une force incroyable. Le Danois planque son nez contre son cou et renifla lentement ce corps. Qu'il avait l'air délicieux. Le battement du cœur était doux, régulier, et le sang frais coulait dans ses jeunes artères fragiles. Tout était là et il ne put y céder.

Il embrassa sa victime et planta ses crocs dans la douce chair, quelle sensation phénoménale. Son cou redevint humide et l'envie de boire parti petit à petit au fur et à mesure qu'il buvait le liquide de sa proie. Jamais il n'aurait cru aimer les globules rouges, là ils étaient un festin royal. Cette boisson tiède était divine. Il laissa la dernière goutte, à contre coeur. Le noir envahit à nouveau son esprit.

Julien cligna des yeux, il se réveilla encore une fois sans avoir compris ce qui lui était vraiment arrivé. Il frappa sur le lit pour extérioriser son énervement qui ne l'avait pas quitté lui. Julien regarda autour de lui et ne vite personne, se leva et fit un rapide tour de la maisonnette. Pourquoi l'avait-il abandonné seul à son chevet ? Il trouva une lettre posée sur la table, heureusement qu'il lui avait appris les bases de la lecture et de l'écriture…

Cher Julius,
J'ai du m'en aller pour une urgence à Rome, suite à ta transformation, tu trouveras quoi de te sustenter dans la petite cabane au fond du jardin, j'ai pensé à tout. Surtout ne suis pas tes instincts de "nouveau-tueur" et attends moi pour sortir car de mauvaises surprises pourraient se pointer.
A tout bientôt mon tendre, j'ai hâte de vous revoir, à cet instant je vous écris vous me manquez déjà. J'espère pouvoir reprendre nos ébats où nous nous en étions arrêtés.
Votre cher Litius.

La colère monta encore plus dans sa tête, comment pouvait-il se permettre de lui ordonner de rester cloitrer dans cette maison! Il y avait certes une grande bibliothèque avec beaucoup de livres, mais ça ne valait pas le contact humain. Celui-ci lui manquait déjà, que c'était-il passé après sa fugue, comment allait-il annoncer cela à ses parents? Des pensées noires vinrent dans son esprit et elles allaient y rester plus de mille ans! S'il était vraiment immortel, tout le monde allait mourir avant lui, tous ses amis, il ne pourra plus avoir d'enfant, lui qui en avait tant souhaité. Le sentiment de l'amour, le vrai, le réel l'avait abandonné, laissant place à du vide, un grand néant.

Ces journées furent longues et l'envie de sortir se faisaient de plus en plus présente, elle se transforma vite en obsession. L'envie de dormir n'était plus là, comme s'il n'avait plus besoin de repos. Il commença alors à s'habituer à ses sens qui s'étaient développés, chaque mouvement était décomposé, chaque odeur sentait trois fois plus qu'avant. Un sentiment de faim se développa, mais pas une envie humaine. Le jeune homme saisit une pomme, son fruit préféré, et croqua dedans. Pouah! C'était horrible, son premier réflexe fut de cracher et de la jeter. Tout avait un goût horrible, sauf la viande crue qui pouvait encore se laisser avaler. Que pouvait-il bien manger? Était-ce de la soiffe? Non, l'eau avait encore plus l'air mauvaise que le reste.

Julien se dirigea alors vers le cabanon, cette vieille bâtisse était en fait quatre troncs d'arbres reliés par des branches et des planches, Son état était déplorable, la moisissure recouvrait le vieux bois gonflé par le temps et la pluie, des champignons de toutes les formes le recouvraient et le toit ne tenait que grâce à quelques clous rouillés.

Une odeur attirante se dégageait de cet ensemble de bois pourri, les papilles du jeune Danois frémissaient comme jamais. Il s'avança et saisit la porte. En l'ouvrant, il fit un bon en arrière. Sa seule pensée fut le dégoût. Il se releva et alla contrôler si ce qu'il avait vu était bien réel. Dans cette cabane de jardin, il y avait trois jeunes filles accrochées aux poutres par de grosses cordes. Elles étaient toutes plus belles les unes que les autres. Une était grande, brune aux yeux bleus, l'autre était blonde aux yeux bruns-noisettes sublime et la dernière était rousse aux yeux verts, celle-ci était munie de magnifiques atouts féminins. Les trois Aphrodites étaient enivrantes, mais différemment.

Le noir était omniprésent et elles avaient les yeux bandés. Elles étaient des proies faciles, mais la conscience du jeune Danois l'empêchait de tuer, même en tant que simple mortel il avait du mal à tuer une mouche… C'est à cet instant qu'il comprit que sa nouvelle vie allait être qu'un supplice éternel. Après quelques secondes d'observations, l'adolescent courut vers la maison et s'y cacha. C'était donc ça son nouveau fardeau, se nourrir de sang humain pour survivre. Tuer ces êtres si parfaits pour faire vivre un monstre, cette idée le dégouta et le découragea, lui qui aimait tant l'humain, comment allait-il faire? Sa pulsion et son envie étaient énormes, mais le dégoût de ce qu'il était devenu était encore plus grand!
Cette nouvelle notion fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Pour vivre, il allait devoir prendre des vies, pour sa vie, il allait en arracher des centaines, des milliers, pour vivre quelques années, s'en était trop pour lui. Il pourrait tuer des jeunes, des femmes, ou encore des enfants, plus vierge qu'une page blanche. La pensée de pouvoir aimer enlever une vie, en retirer un plaisir, une jouissance, le répugnait.

Le chemin du retour fut long pour le vieux vampire, Litius n'aimait pas gaspiller son temps, malgré son éternité, il était tellement précieux. Les longs sentiers sinueux semblaient interminables.

Que ces humains sont débiles, gémit-il en se frappant la paume de la main sur le front assez brutalement, pourquoi autant de virages? Je ferai mieux d'y aller à pied, pensa-t-il.

L'immortel claqua la porte qui alla défoncer la paroi du chariot et descendit les marches en bois, qui craquèrent sous ses pas, malgré une démarche gracieuse et légère.. Heureusement, il n'était pas très loin, à une cinquantaine de kilomètres, de quoi l'occuper pendant une ou deux heures.

Litius arriva vers le village en début de matinée, il n'y avait aucun signe de vie dans la bourgade, pas un chat. Seul le vent était présent, lui fouettant le visage et soulevant ses longs cheveux. Le vampire se dirigea vers sa maison, d'un pas lent mais sûr. Sur la petite route qui menait l'homme à sa maison, la même rivière coulait toujours, mais le torrent était beaucoup plus violent qu'à son départ. Cela faisait cinq jours qu'il était parti. Il était allé à Rome, pour voir un de ses "enfants", bien plus vieux que Julien, qui était aussi un de ses amants.

Le cliquetis de la serrure retentit, c'était le bruit qui cassait le silence omniprésent jusque là. C'était trop calme, beaucoup trop calme. Il poussa la lourde porte de bois d'un simple mouvement.

Julius, je suis de retour, où es…

Son regard s'arrêta net sur le corps qui était là, étalé parterre, sans signe de vie présent, seule une petite lueur était encore allumée dans le bleu presque transparent du Danois. Sa bouche était entrouverte, et ses crocs sortis, dominant le reste de sa dentition. Sa peau était sèche, comme déshydratée. Tout ses veines étaient violettes et ressortaient violemment sur cette chair blanche transparente.

Gardant son sang-froid, Litius posa son oreille le plus près possible du nez du vampire, il respirait encore. La pression qui faisait battre le cœur du vieux vampire rapidement baissa d'un coup. Il lui fallait du sang, maintenant. Quelques heures de plus dans cette situation et il aurait pu mourir. L'immortel prit une petite sacoche cachée dans son long manteau en fourrure, l'ouvra et fit boire le contenu à son amant. Arrivé à la dernière goutte de ce liquide rouge, il rangea le récipient et regarda autour de lui.

***

Tout avait été détruit, rien n'avait résisté aux ardeurs du jeune homme, sa tête tournait violemment, il avait soif, une soif terrible qui le trainait de plus en plus vers l'enfer, la décadence. Il avait choisi de se défouler, de sortir toute la haine qu'il avait contre lui, ce qu'il était devenu, cette créature si immonde et dévastatrice. Sa colère se transforma lentement en tristesse, il se laissa tomber, glisser vers la fin qui l'accueillait à bras ouverts. Qu'elle était belle la mort, apaisante, douce. Elle le rongeait petit à petit, sans le faire souffrir, contrairement à ce corps de démon, mais le mal devint habituel et la douleur et l'envie se furent plus petite. Sa vision se troubla, ses membres devinrent lourds et la voix qui le harcelait pour qu'il s'abreuve devint presque muette. Julien sourit une dernière fois avant de sombrer dans le néant éternel.

***

Un bruit de porte

Cette voix…

Non, il n'était quand même pas toujours vivant? Ou était-ce l'enfer. Ce n'était en tout cas pas le paradis car ses souffrances étaient toujours les mêmes. Une main se posa sur sa joue, le baffa deux ou trois fois et il entendit crier son prénom. Il était de retour. Il était revenu juste au mauvais moment, il était arrivé pour le trainer à nouveau sur ce monde, cet enfer. Il sentit des doigts sous son menton lui lever la tête et une odeur ensorcelante attira le nez du Danois. Un liquide coula dans sa bouche, plus il en buvait, mieux il se sentait. La sensation de sécheresse s'en alla. Mais Julien ne voulait pas revivre, il tenta de résister, de recracher, mais rien, la créature qui était en lui avait pris le dessus. Arrivé à la fin, une larme de sang qu'il cacha à Litius coula. Le vieux vampire s'était déjà levé et regardait le résultat d'une colère inhumaine dans sa maison. Le jeune vampire avait côtoyé la mort un court instant, et se posa une question: pourquoi les humains en ont-ils peur? C'est une étape de la vie si douce. Elle permet de finir la vie tranquillement et d'une belle façon.

Les jours suivants furent pénibles et éprouvants, le créateur du Danois avait mis l'accent sur la conviction et l'acceptation de l'état de vampire. Litius avais fait de longs discours, beaux et il entraina Julien dans ses idéaux. Le Nordique s'était cependant fixé des limites: il ne tuerait que certaines personnes: celles qui sont déjà en fin de vie, ou mourantes et les assassins. Ces derniers allaient être la nourriture préférée de l'immortel car c'était une façon d'agir en faisant le bien. De plus, c'était amusant de jouer avec eux, de les voir réagir, de les faire souffrir, leur montrer ce qu'ils ont fait subir à leur victime. Mais il y avait de moins en moins de criminels et la faim était toujours la même, alors il alla enlever la vie à ceux pour qui elle était devenue trop difficile, les malades, les personnes âgées. Certes, il tuait moins que son compagnon, qui chassait pour le plaisir, enfin, Julien s'était toujours posé la question de quel plaisir pouvait-on trouver à tuer en une minutes et recommencer cinq minutes plus tard. Litius pouvait rester des heures dans la rue, cherchant un mortel quelconque, le tuer et recommencer.

Cette période dura une année environ, mais déjà une lassitude se créa dans l'esprit de Julien, celle de son compagnon. La haine qu'il avait depuis sa transformation n'avait qu'augmenté au fil des nuits, et plus le temps avançait, plus les traits de caractère de son amant et ses actions le révoltaient. Il était arrivé au bout de sa tolérance et ce qui allait se passer ce soir là allait être la goutte qui allait faire déborder le vase…










Derrière le clavier.


Afin que vous ne soyez plus un étranger, présentez-vous quelques peu.

Prénom : Valentin
Âge : 19 ans
Expérience en Rp : 1 ans.
Fréquence de connexion : Aussi régulièrement possible.
Découverte du forum : Par le forum Vexilla Regis et par Cilian Razz
[/center]



Dernière édition par Julien Torres le Mer 5 Sep - 18:30, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Dim 15 Juil - 18:14

Bienvenu à toi, bonne continuation pour ta fiche ! n_n


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Julien Torres
avatar

Récits :
13

Localisation :
Suisse



MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Lun 16 Juil - 18:15

Merci, sa avance gentiment, mais sûrement What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrid
Théâtre des Vampires
avatar
Théâtre des Vampires


"Je pouvais sur mon coup, sentir sa chaude haleine. La peau de ma gorge commençait alors à me picoter... Je pouvais sentir les délicats et frémissants frôlements des lèvres sur ma gorge à la peau délicate, et la dure incision de deux dents aiguisées."




Récits :
72

Localisation :
Au théâtre.



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
117/500  (117/500)

MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Mar 17 Juil - 19:23

Re-Bienvenue parmi nous !
Et bon courage pour la suite de ta fiche Razz




« Chaque note de musique résonne comme un tintement de cloche
et s'écoule telle une eau courante,
bercée de merveilleux souvenirs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro/
Julien Torres
avatar

Récits :
13

Localisation :
Suisse



MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Mar 17 Juil - 20:05

Merci Very Happy
Je vais essayer de répondre assez rapidement, mais je vous prépare un pavé Embarassed
Si il y a un petit problème de temps je peux faire une demande où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Jeu 19 Juil - 8:03

Bah niveau temps, tant que tu nous tiens au courant de l'avancement régulièrement, y'a pas de souci ! n_n


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Julien Torres
avatar

Récits :
13

Localisation :
Suisse



MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Jeu 19 Juil - 11:07

Oko, cool Very Happy
Je vais regarder pour poster une première partie alors Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Ven 20 Juil - 12:21

Mon Dieu, le début est parfait ! *____*


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Julien Torres
avatar

Récits :
13

Localisation :
Suisse



MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Ven 20 Juil - 23:18

Hello, merciiiii Razz
Content que ça te plaise, je fais de mon mieux et je vais commencer la deuxième partie tout bientot ^^''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose
avatar


"L'amour ce nourrit de tout mon cher, car tout lui va si bien ! "




Récits :
41

Localisation :
Transylvanie



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
45/500  (45/500)

MessageSujet: Re: Julien [En cours]   Ven 10 Aoû - 22:29

Bienvenue Julien :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Julien [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Julien [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Cours sur le RP Théorique , synthèse de notre monde .
» [En cours] Lapin minuteur
» la cours du voïvode et son armé (1500point)
» Cours d'harmonica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrie Eleison - Les enfants de Satan :: 
Avant de faire le premier pas
 :: Posts vacants & scénarios :: Portraits inachevés
-