Kyrie Eleison - Les enfants de Satan

Enfants de Dieu, vous voilà adoptés par Satan...
Forum Rpg.

 
Nous sommes en mars 1850...Le temps est plutôt à la pluie du côté de Paris, brumeux pour la Transylvanie et clément en Italie...


Les prédéfinis sont arrivés ! Adoptez-les, ils sont adorables <3

Partagez | 
 

 Une sombre arrivée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam
avatar


Je suis le seigneur à la Sombre Face. Je suis celui qui pénétra si loin dans les secrets de la nature qu'il dompta la mort elle même.


Par l&#39;âme que j&#39;ai perdue et par la conscience que j&#39;ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.

Récits :
17



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
485/500  (485/500)

MessageSujet: Une sombre arrivée...   Ven 20 Juil - 18:34


Le fossoyeur et sa famille n’avait pas suffi à revigorer mon corps. Mes chausses étaient en piteux états après tant d’années passées à dormir. Cependant, j’avais arraché la cape de l’homme, et recouvert mon visage du large capuchon. Ma peau au teint marmoréen semblait luire dans la nuit, et semblait dur comme du roc. Dissimulant mon passage chez la famille, je quittais donc leur maison à moitié nue, caché sous ma cape.

Malheureusement, n’ayant jamais mis les pieds en Transylvanie, je dois bien avouer que j’étais relativement perdu. Mon dieu que ces contrés sont sombres, surtout en pleine nuit. J’ouvrais mon esprit, captant des pensées humaines non loin de moi. Deux chasseurs semblaient faire leurs affaires dans ces bois.

Silencieusement, telle une ombre, je me faufilais dans les bois, trop rapide pour être suivit à l’œil nu. Les deux hommes accompagnés de leur chien semblaient en pleine altercation. L’un semblait transit d’effroi, jurant que ces terres étaient maudites et qu’il fallait qu’ils s’en aillent, que l’enjeu n’en valait pas la chandelle, qu’il avait une famille et qu’il ne voulait pas finir ici. L’autre semblait en rire, rabrouait son comparse, lui demandant qui portait la culotte à la maison.

Sans un bruit, au perché dans un arbre, je les regardais. Les détaillants de la tête aux pieds, me familiarisant à leur langue, quand soudain, le chien me fixa. Ses yeux dans les miens, et comme à chaque fois, il dut sentir le prédateur car il se mit à aboyer puis s’enfuit dans les bois quittant la surveillance de son maître. Aussitôt, les chasseurs se mirent à sa poursuite. Cependant…Les bois sont obscures, l’un chuta et perdit de vu son comparse. Je sautais d’arbre en arbre suivant l’autre, le « brave ». Au bout de quelques minutes, il s’arrêta, bredouille, et seul. Il est étrange de voir à quel point l’homme est emplit de bluff. Celui qui se moquait quelques minutes auparavant retrouvait son enfance, ses peurs et ses cauchemars. Malheureusement pour lui, j’avais encore besoin de me nourrir.
Happé par le ciel, l’homme disparu pour toujours dans la nuit.

J’avais laissé le corps dans l’arbre, me rapprochant vers l’autre chasseur. Je pouvais sentir l’odeur de sa terreur. Il courrait aussi vite que ces jambes pouvaient le porter, mais jamais plus vite que le vent. Et quelque part, j’étais le vent. Arrivé à l’orée du bois, je sautais, le soulevant du sol, puis l’y plaquant avec force. Mes canines s’enfoncèrent dans sa gorge et j’aspirais à grande gorgée son vitae.

Penché sur son corps, de dos, on ne pouvait distinguer qu’une masse sombre penché sur un corps à l’orée d’un bois maudit.


Par l'âme que j'ai perdue et par la conscience que j'ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Sam 21 Juil - 10:03

S’il y avait un trône, ce serait ce siège, et s’il y avait une reine, ce serait elle. Dominant cette salle au parquet vernis et aux rideaux de velours grenat, elle semblait lasse, la main pendant dont les ongles à l’éclat si surnaturelle étaient en train de se faire limer par une âme dévouée. Elle n’en était pas à la lassitude de l’immortalité, non, bien sûr que non ; seulement à un petit passage où elle se languissait dans cette Transylvanie. Peut-être tout simplement parce qu’il n’y avait pas eu de nouvelles sauteries depuis le passage d’Azraëlle la vagabonde ? Ou peut-être justement à cause de cette vagabonde à la liberté prétentieuse.
La Lune semblait avoir changé ses éclats, comme pour annoncer une nouvelle ère basée sur les vestiges de l’ancienne. La déchéance de l’ancienne, tels les empires romains se succédant. Eshiny avait sa joue posée sur le revers de sa main, pareil dans cette salle de trône, au roi faignant. Ce qu’Azraëlle lui avait dit, elle et son indépendance effrontée ce n’était pas qu’Eshiny quitterai sa Transylvanie, mais que ces vampires –ses sujets- eux, partiraient. Alors peut-être fallait-il les devancer ? Ou tomber dans l’oubli sur son trône, des toiles se tissant dans les cheveux.

Il y avait une sorte de silence trop bruyant dans ce château en cette nuit, troublé seulement par les murmures chantant de cette limeuse d’ongles. Il semblait à Eshiny que ce fut une chanson paillarde de lavandière, mais elle n’en était pas sur : de toutes les façons, elle s’en fichait.
Alors que la nuit n’avait pas encore atteint son apogée, la Reine de Transylvanie crut entendre des bruits de portes claquées quelque part à l’étage inférieur. Lazare. Seul lui pouvait se le permettre –ou du moins, d’en faire claquer cinq à la suite-. Il devait être pressé de parler à Eshiny pour une raison ou une autre, elle attendit donc, statiquement, son arrivée.
Le bruit des portes des salons s’intensifiait à mesure où elles étaient de plus en plus proches de là où se trouvait Eshiny, et, finalement, ce fut le tour de celle de la Grande salle. Elle vit Lazare arriver d’un pas pressé, -inquiet- et congédia celle qui s’occupait de ses ongles de verre et les quelques vampires qui traînaient là tels des courtisans colporteurs.
Arrivant à elle, Lazare s’affaissa sur le sol, ses bras sur les genoux d’Eshiny et son visage enfoui dans sa robe. Elle caressa ses cheveux, signe de l’enjoindre à lever les yeux et déclamer ses tourments.


« Ô marâtre, il est, en cette nuit et ses bois, revenu ! Je ne sais comment, mais je l’ai senti, si puissant mais paradoxalement faible. Il répand une odeur de vieille mort si effrayante !
Ô ma mère, j’en ai si peur. »


Les yeux noirs d’Eshiny s’ouvrirent intéressé. Il y avait un autre enfant des Millénaires dans cette forêt. Ce n’était pas rassurant, certes, de savoir qu’un autre titulaire de sa force rodait aux alentours des vampires piteux et ataviques chassant, mais malgré elle, c’en était si attirant…C’était bon de se sentir la plus vieille, mais tellement aussi de trouver un contemporain.

« Azraëlle est revenue ? »

Elle posa cette interrogation, machinalement, presque malgré elle, mais reflétant tellement sa pensée. Lazare leva des yeux mi-inquiets mi-étonnés vers sa créatrice, lui dont elle ne pouvait capter les pensées.
Elle aurait tant espéré que ce soit Azraëlle et ses vérités dérangeantes...

« Vous la nommez de son nom ?... Je ne sais si c’est l’immortelle de naguère. Sans doute. Si elle est venue, elle peut n’être jamais partie. »

Eshiny se leva, déterminée à aller à la rencontre de celle dont elle espérait la présence, de nouveau. Elle songea qu’elle n’aurait pas de mal à la trouver si celle-ci daignait aussi rencontrer Eshiny, et même si ce n’était le cas, l’odeur de mort décrite par Lazare, elle n’aurait qu’à la pister, comme un chien à la recherche de sa proie. Lazare proféra des mises en garde et de l’inquiétude en vue de ce que sa créatrice mais elle ne l’écouta qu’à peine. Après tout, il était si timoré et si jeune ; à peine trente-sept ans, un âge encore si normal chez un mortel…Elle en avait des centaines de plus, d’années et d’expérience. Elle savait ce qu’elle faisait.
Elle passa rapidement par sa chambre afin d’enfiler une culotte d’homme et des bottes de cuir, nettement moins encombrantes que sa robe dans les enchevêtrements de la forêt alentour. Elle n’avait pas le temps d’enlever les pierreries dont elle était parée, ainsi elle partie de la fenêtre vers la forêt dont elle n’avait jamais connu la verdure du zénith.
Elle resta immobile quelques instants, scrutant la nuit, nyctalope, à la recherche de ces senteurs de trépas. Eshiny ne mit pas longtemps à les repérer, odeur de vielle mort, oui. Vieille mort qu’elle ne connaissait que trop bien pour l’avoir elle-même sentie jadis…
Elle se mit alors à courir, sautant les racines et autres terriers, pour se rapprocher de cette créature revenue dans le monde nouveau. Elle sentait le sang aussi, le nouveau sang, le premier sang des premiers repas après le réveil.
Quelle créature souterraine était revenue au dessus d’où elle avait dormi, n’avait-elle pas sentie ?...
Eshiny la trouva finalement. Restant à bonne distance de ce ressuscité. Il était laid, oui, mais elle aussi l’avait été à ses réveils, comme atteignant enfin l’état de mort dans lequel elle aurait dû être depuis des siècles jadis. Elle l’observa se repaître du sang qui lui avait manqué, silencieuse et irrésistiblement curieuse. Dans son dos elle lui adressa un message silencieux qu’elle espérait qu’il entende :

*Enfant de la Lune que la mère a rappelé, bienvenu ou malvenu en ces temps, te voilà en Transylvanie. Déclame-toi que je puisse te considérer. *



« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Adam
avatar


Je suis le seigneur à la Sombre Face. Je suis celui qui pénétra si loin dans les secrets de la nature qu'il dompta la mort elle même.


Par l&#39;âme que j&#39;ai perdue et par la conscience que j&#39;ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.

Récits :
17



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
485/500  (485/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Mar 24 Juil - 10:21

Évidemment j’avais senti la présence qui approchait et ce, depuis quelques secondes, quand celle-ci avait posé le pied sur l’herbe des jardins. Je me souvenais de Mael, ses cheveux blonds en bataille, riant à pleine dents lorsqu’il me disait « si tu croises un autre que nous, ne traine pas, sauf s’il est plus jeune que toi, mais s’il est plus vieux, il vaut mieux t’enfoncer dans la nuit, sait-on jamais, ils ne seront pas tous de bon amis comme Marius, Avicus ou moi. »

Mais que faire quand le vampire avait le même âge ? Car oui, je sentais effectivement que celui qui arrivait était de mon âge. Je lâchais le cadavre au moment où les mots jaillirent de la gorge étrangère. Un léger accent la ponctuait et lorsqu’elle annonça le lieu où ils se trouvaient, je fis rapidement le lien, tellement opposé au miens et pourtant, cette voix douce était plaisante à l’oreille. Ma main était toujours d’un blanc marmoréen, luisant dans la pénombre, mais ne semblait plus touché par le manque d’irrigation. Satisfait de mon aspect à part la couleur, je me relevais lentement toujours de dos à ma consœur. Une fois debout, ma cape tomba au sol, me tournant, le corps à demi nue, toisant la jolie brunette en face de moi. Mince, les traits fin, les bijoux indiquaient qu’elle n’était pas n’importe qui. Le port princier, elle me toisait, me jaugeant des pieds à la tête. Un léger sourire sur les lèvres, je m’inclinais légèrement dans un signe de salut.

Bonsoir, belle dame. On me nomme Adam.

Ma voix n'avait pas changé depuis toutes ces années, l'accent chantant, cette façon lente de prononcer certains mots, mes origines me trahissaient encore.

Mon regard s’échappa au sien, se posant sur le château derrière elle et le paysage qui les entouraient.


~Hm…Quel étrange contrée…Le paysage a bien changé depuis mon sommeil.~

J'avais toujours eu du mal avec les réveils. Entre la faim et les changements dû au cours du temps, il m'étais souvent difficile de m'accoutumer, du moins pendant quelques jours.


Par l'âme que j'ai perdue et par la conscience que j'ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Mer 25 Juil - 8:37

Ami ou ennemi ? La réponse à cette première simple question déterminerai certainement le rang qu’occuperai cette créature ressuscité qu’avait sous les yeux Eshiny ; après tout, les alliés répondaient rarement de façon hostiles et il en était de même pour l’inverse de leur contraire. Sans paroles, elle ne savait rien de cet être ; elle ne pouvait rien savoir à cause de ce réflexe animale relatif à tous les vampires qui était de fermer ses pensées à quiconque. C’est curieux quand on s’étendait sur ma question…Après qu’est-ce que cela importait que l’on capte des bribes de souvenirs si vieilles au point que ne sache plus si elles nous appartenaient vraiment ?...La mémoire ouverte était comme une immense bibliothèque du souvenir –en moins classifiée, certes.
De ce qu’elle pouvait discerner de celui qu’elle avait devant elle, c’était sa silhouette blanchâtre qui luisait, comme reflétant la Lune –et qui, s’il l’avait arborait dès sa résurrection, avait dû effrayer les paysans superstitieux des environs- et sa force qui semblait être égale –ou presque- à celle qu’Eshiny portait en elle. C’était étrange, ç’avait été le cas aussi avec Azraëlle…Curieuse idée de se dire qu’un même vampire s’amusa à semer sa progéniture dans plusieurs régions du continent. C’aurait pu être possible d’ailleurs, et sans même qu’Eshiny ne le sache, après tout, tout ce qu’elle avait obtenu de son créateur, c’était un peu de sang immortel et un vulgaire pseudonyme de théâtre.

La Reine de sa Transylvanie posa une main baguée sur le tronc d’arbre à sa droite, recouvert en partie de mousse ; tel un mortel s’assurant de son appui en cette terre où le sol était peu sûr. Elle ne lâchait pas des yeux cet autre immortel qui lui tournait –insolemment- le dos : c’était si peu rassurant de savoir qu’un être de même envergure se trouver sur ses terres. Soit il fallait en faire un ami, soit le chasser. Et même la première résolution était peu sûre.
Telle la tique [<- Süskind >_>] ayant fini d’assurer sa survie, il se releva au dessus du cadavre vidé de sa sève régénératrice. Sa cape s’échappa de son épaule si bien qu’elle fut nue ; il se présenta donc comme peu d’hommes –pour ne pas dire aucun- en cette époque ne l’auraient fait.
Il était d’une belle stature malgré son teint blanc, si peu mortel, si trop immortel, qu’Eshiny, elle, s’était évertuée à chasser nuit après nuit, volant la rosée aux mortels qu’elle tuait. Il lui semblait qu’il possédait un de ces charmes qu’avaient les hommes de son ère mortelle, même si, de ça, elle n’était que peu sûre. Après tout, c’était si loin… Bien sûr il était charmant, comme tous ceux de son espèce ! Mais dans un monde de démon, qu’est-ce que la beauté voulait-elle bien dire ? A part un affront de plus à Dieu, elle ne signifiait plus grand-chose…
Un étrange sourire peint sur son visage lisse, il ne semblait pas hostile :

« Bonsoir, belle dame. On me nomme Adam. »

Eshiny ne répondit rien à cela, pas même un changement fugace d’expression, quoique…Il semblait qu’une lueur dans ses yeux s’était allumée signifiant « Je connais ton nom. Mon avantage. ». Elle le dévisagea comme pour s’assurer que ce n’était pas un songe et comme si elle espérait y décelait une quelconque information qui lui avait échappé auparavant sur sa personne, et qui, aurait alors lui sembler si évidente.
Elle ne lui avait pas encore attribué de rang. Il n’était pas tout à fait un ennemi mais pas non plus un ami. Juste une méfiance. Elle jugea bon, néanmoins, de le renseigner un peu plus sur le monde dans lequel il venait d’ouvrir les yeux et qui devait avoir changer depuis sa tombée dans le sommeil :


« Tu es en dix-huit cents cinquante après le Christ. »

Une froideur arrogante et méfiante s’écoulait des mots d’Eshiny tandis qu’elle n’avait toujours pas renseignée ce dénommé Adam, sur son identité, à elle. Ca n’était pas comme avec Azraëlle, oh ça non ! c’était plus…calme. Du moins pour le début. Si Adam n’était de cette même personnalité vengeresse du temps et libérale, ça n’avait pas de raison de finir de la même façon qu’avec sa contemporaine.
Ca n’avait pas de raison…


Spoiler:
 


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Adam
avatar


Je suis le seigneur à la Sombre Face. Je suis celui qui pénétra si loin dans les secrets de la nature qu'il dompta la mort elle même.


Par l&#39;âme que j&#39;ai perdue et par la conscience que j&#39;ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.

Récits :
17



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
485/500  (485/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Mer 25 Juil - 12:42

Bien, j’étais donc face à un de ces vampires en pleine période « enjôleur » comme on appelait ça. Malgré que je fasse encore partie de cette caste si on pouvait l’appeler ainsi, j’étais plus près des sages que de son caractère à elle. J’avais bien remarqué sa façon de me regarder. Tel un prédateur qui guette sa proie, la jaugeant, se demandant si elle était de taille à affronter seul ce qui se trouvait devant elle, où s’il fallait mieux être douce et m’avoir sous la main. Comme on dit, « soyez proche de vos amis, mais encore plus de vos ennemies ». Ainsi donc, dans son monde fait de paillette et d’or, elle pensait avoir l’avantage en ayant mon nom, malheureusement pour elle, ce n’était pas « vraiment » mon nom, un petit bout seulement. Sans le vouloir un léger rire cristallin s’échappa de ma gorge, puis un long soupire. Je finis par me désintéresser d’elle, plus préoccupé par l’état de mes chausses. Le tissu était déchiré sur le côté de ma cuisse droite, et effiloché sur le devant de la gauche. Cela ne convenait guerre à homme tel que mois, si raffiné… Je me penchais ramassant la cape noire, puis la nouait à ma taille, dans une sorte de longue jupe d’ébène. Cela me rappelait ma prime jeunesse, j’étais telle une statue de jais des pieds à la taille, puis statue de marbre de la taille à la tête.

Avec toute cette agitation, je n’avais même pas vérifié si mes affaires étaient toujours en place, pourtant j’y prenais un soin particulier, y tenant comme à la prunelle de mes yeux, comme à ma non-vie, bref, ils étaient des cadeaux inestimables. Le premier était un bracelet de bras que je portais sur mon biceps droit, ce cadeau provenait d’Egypte et je n’avais jamais pensé à le dater. Fait d’argent et d’or, il représentait des anciennes divinités chassait les ténèbres représenter par des serpents, c’était un don d’Avicus. Le deuxième, je le portais symétriquement à mon biceps gauche, un tout autre style. Don de Mael c’était un bracelet celte fait d’argent et d’ébène sertit d’émeraudes, Marius Mael et Avicus était tous d’accord pour dire que l’argent m’allait mieux au teint, j’aimais leur humour.

En dernier, c’était un pendentif. Un disque d’argent épais avec maintes inscriptions et en son centre un grenat d’une teinte carmin, semblable à une goutte de sang. D’ailleurs, je me demande toujours si Marius n’avait pas réussi d’une quelconque manière à y imprégner son essence à l’intérieur, car souvent je le sentais proche mais une fraction de seconde plus tard, plus rien. Je n’avais plus rien à part ces trois artefacts et pourtant, j’aurais donné ma vie plutôt que d’en céder un seul.

Penser à mes pères me replongea dans le passé, je repensais obligatoirement à mon doux Amadeo, avait-il survécut ? M’en voudrait-il de ne pas l’avoir retrouvé ? Qu’était-il devenu ?

Un long soupire s’échappa à nouveau de ma gorge, puis mes yeux saphir se tournèrent nonchalamment vers la demoiselle en face de moi, combien de temps cela faisait-il que le silence s’était instauré ? Il me semblait l’avoir vaguement entendu énoncer l’époque à laquelle nous nous trouvions. Ma mémoire vampirique me relata les faits, nous étions en dix-huit cents cinquante. He bien…J’avais donc mille cinq cent trente ans…He bien, je ne les faisais pas.

Je consolidais mes défenses mentales à leur paroxysme, avec les secrets que je détenais, via Marius Mael et Avicus, plus leur sang, j’avais prêté serment et j’étais homme de foi.

Usant de ma vitesse damnée, je fis en sorte de me trouver dans le dos de la jolie noble, brisant le silence par mon action, je finis par lui murmurer à l’oreille d’une voix suave.


Comptez-vous jouer avec moi de la sorte encore longtemps ? Je n’ai plus l’âge de jouer à ce genre de jeux et j’aimerais rapidement savoir si je puis m’installer quelques jours dans les environs ou si je dois m’en aller.

J’inspirais, inhalant son odeur avec un sourire qui fit ressortir mes canines.

Alors Princesse-Sans-Nom, m’ordonnerez-vous de partir ?

~Ou me supplierez-vous de rester ? ~

Je riais intérieurement, voilà que cela me reprenais.


Par l'âme que j'ai perdue et par la conscience que j'ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Mer 25 Juil - 16:35

Quelle sorte de créature avait-elle donc sous les yeux ? Etait-ce un de ces loufoques dont elle avait le privilège de croiser toutes les nuits en foulant le sol des Carpates ? En plus vieux, certes. Ca n’était pas impossible, après tout…La vieillesse était souvent propice à la folie presque courante chez les suceurs de sang. Tous avaient leur folie bien à eux, bien sûr : En Italie c’était un intégrisme à la gloire de Satan, une sorte de secte vampirique ; à Paris, c’était la tromperie, l’hypocrisie, la comédie, comme s’ils n’avaient plus de personnalité, seulement un rôle de pantin ; et enfin en Transylvanie, c’était…-ah ! Eshiny devait bien l’admettre- la débauche. Mais ne valait-il mieux pas profiter de l’éternité dans la luxure que dans le culte hérétique de Dieu ? Après tout, tant qu’à être damné, autant tirer toutes les ressources que cette damnation offrait plutôt que d’augmenter sa peine en essayant par tout les moyens de faire quelques affronts à Dieu.
Laissez donc ce vieil homme tranquille, il a déjà assez sué des déboires des hommes…

Eshiny fut surprise quand Adam éclata de rire…Mais son rire était si charmant et si dénué de tout ce qu’elle détestait que son rang oscilla un peu plus vers la case des alliés –dérangés, certes. Il avait quelque chose de charmant malgré cet aspect si semblable aux sculptures de divinités. De ses yeux noirs, Eshiny ne le quittait pas une seule seconde, même si lui, ne lui portait pas toute son attention. Acte plutôt vexant, après tout, il lui semblait être la première vampire qu’il rencontrait depuis son réveil, il aurait pu émettre un peu plus de sollicitude à son égard que cet énigmatique rire…
Oh, Eshiny ne savait ce qu’elle allait faire de lui ! Pas un ennemi, non. Avec Azraëlle déjà dans cette catégorie, il ne valait mieux pas. Pas un de plus. Irrésistiblement, elle voulait en savoir plus sur ce personnage revenu de la terre nourricière : d’où venait-il ? Pourquoi en était-il arrivé à cet enterrement ? Certes, elle avait toujours été curieuse, et ceci n’aurait certainement pas changé avec le temps. Avide de nouvelles connaissances, de récits, d’autres vies, à jamais. C’était l’une des raisons du pourquoi elle aimait savoir qui elle tuait : leur vie, leurs enfants, leurs amours…Tout ce qu’ils allaient perdre entre ses bras. Oui, en y réfléchissant, une pointe de sadisme s’y reflétait.

Au moment où elle ne s’y attendait pas, le dénommé Adam, à une vitesse fulgurante –enfin, pas tant que cela pour elle…- quitta son champ de vision. Dans le court temps –l’infime- qui se déroula, Eshiny songea à ce qu’il soit parti de son côté, l’abandonnant là, ayant tout les renseignements qu’il souhaitait avec seulement l’année dans laquelle il se trouvait. Mais ça n’était pas le cas. Il se retrouva derrière elle, comme copie de ce qu’elle-même avait l’habitude de faire pour lui souffler sa demande. Question qu’Eshiny se posait d’ailleurs depuis le début –ou presque- de cette rencontre. Avec Azraëlle, elle n’avait eu le temps de ces mondanités, le choix s’était imposé…
Regardant toujours devant elle, l’endroit où Adam avait disparu, ne laissant que le cadavre duquel il avait ôté la vie, elle réfléchissait toujours. Elle penchait néanmoins plus pour une résolution. La plus sûre si l’on pouvait dire. Elle posa alors sa main de laquelle on pouvait presque ressentir un semblant de la chaleur humaine volée auparavant, sur la joue la plus éloignée d’Adam, comme pour le rapprocher de son visage, à elle. Elle agissait lentement, presque méthodiquement, ou instinctivement, encore incertaine de ses prochains actes.
Finalement, elle pencha la tête légèrement en arrière pour parler à son tour dans l’oreille de celui si proche d’elle. Elle regretterait peut-être le choix qu’elle avait fait, par la suite mais pour se réconforter, elle dirait qu’à ce moment, il n’y avait que celui-ci qui lui semblait le moins inconscient. Elle murmura alors :

« Loin de mes yeux, non. Près d’eux, oui. »

Elle laissa alors glisser sa main et s’éloigna d’Adam. Après quelques pas, elle se retourna vers lui, lui indiquant de la suivre. Elle parla de façon plus douce, moins arrogante :

« Si tu ne souhaites pas rester à moitié nu à effrayer les paysans, suis moi. Il me semble que tu doives en apprendre un peu sur ces temps avant de partir les affronter. »


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Adam
avatar


Je suis le seigneur à la Sombre Face. Je suis celui qui pénétra si loin dans les secrets de la nature qu'il dompta la mort elle même.


Par l&#39;âme que j&#39;ai perdue et par la conscience que j&#39;ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.

Récits :
17



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
485/500  (485/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Mer 25 Juil - 20:43

Malgré le mouvement de sa main, je ne bougeais point. Sa main délicate aux ongles miroir acérés se posa sur ma joue. Sa tête bascula lentement en arrière, je sentis presque ses ongles frôler le lobe de mon oreille. Sa main était encore tiède sur ma joue glacée, et sa chaleur s’instilla dans mon visage puis disparu aussi rapidement. Lorsqu’elle murmura ses mots, un frisson parcouru mon échine, je réprimais un sourire.

Son invitation était claire, et son ton avait changé du tout au tout. Au début arrogante, elle était devenu aimable, limite aguicheuse et cela me fit sourire. Dans un mouvement de robe je la rejoins sur le chemin en direction du château. Non pas qu’effrayer les paysans m’auraient déplus, mais j’avais vraiment envie d’enfiler des apparats digne de moi.

Arrivé à sa hauteur, j’eus un petit rire dû à la fin de sa phrase. Me parlait-elle comme à un enfant en quête d’aventure ? C’était risible, mais il y avait quelque chose en elle qui me plaisait, surement cette lueur dans son regard.

Nous nous rapprochions de plus en plus du château et je me demandais combien d’être nous avaient déjà repéré. Seul, un millénaire était déjà comme une étoile dans un ciel noir, mais deux ? Cela me refit penser au temps avec mes pères, j’étais une étoile au milieu de plusieurs soleils, nous nous approchions rarement des agglomérations, et quand nous y allions, c’était tous ensemble. Généralement, les autres vampires fuyaient, par peur sans doute de voir leur non-vie détruite par caprice.

Je soupirais, mon regard se posa une nouvelle fois sur le château.

Je suppose que ceci vous appartiens ? Serais-je donc tombé sur la maîtresse des lieux ?

Etais-je tombé dans les bras d’une mante religieuse ? J’allais rapidement m’en rendre compte et je pensais déjà à me trouver une issue de secours.


Par l'âme que j'ai perdue et par la conscience que j'ai tué, je vous jure que je suis incapable de mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   Jeu 26 Juil - 15:28

Cette fois-ci, Eshiny ne courait pas, comme à l’accoutumé, pour retrouver sa demeure, elle marchait simplement, légèrement devant Adam, comme pour le guider bien qu’il –elle en était sûre- n’aurait pas eu de mal pour trouver lui-même le château parmi les arbres. Il se détaché comme une forme plus clair, du fait que ses pierres étaient encore claires. Eshiny ignorait à qui il appartenait autrefois, tout ce qu’il lui importait à présent, c’était qu’il lui appartenait –ou qu’il appartenait aux mauvais esprits, et à ses diaboliques serviteurs selon les mortels. Certes, il était fréquenté par des dizaines de vampires, très jeunes ou plus âgés, raisonnables ou complètement dépravés, mais ceux-ci agissaient comme une sorte de cour.
D’ailleurs, ces vampires courtisans semblaient avoir disparus du château, comme si un vent fort les avait chassés…Curieuse chose. Ces créatures là, mieux valait-il de les avoir sous les yeux. Sentant l’approche d’une force millénaire qu’ils ne connaissaient pas, ils avaient certainement dû fuir. Sondant les différentes pièces de sa demeure, Eshiny dû bien se rendre à l’évidence, qu’entre ces murs ne restaient que quelques mortels et Lazare accompagnés de deux autres vampires. Ceux-là étaient relativement âgés, peut-être deux cents ans ou plus. Comme fidèles à leur souveraineté inexistante, ils étaient certainement restés avec Lazare pour savoir quelle serait la fin de cette rencontre entre deux enfants des Millénaires. Ca n’avait pas été le cas avec Azraëlle, car trop discrète...
Friendrich, c’était le plus âgé des deux qui étaient avec Lazare, c’est pourquoi Eshiny lui envoya, à lui, un rapide message :

*Dites à Elizabeth de nous envoyer quelques de ses filles. Ne traînez pas parce ici.*


A l’instant où elle faisait par de ces mots à l’un de ses contemporains, Adam sembla deviner de l’appartenance de ce château. Ca n’était pas difficile après tout, qui d’autre qu’Eshiny, une vampire aussi âgée aurait pu posséder un édifice recelant tant d’autres immortels ? Et quand bien même s’il y avait un vampire plus âgé, il n’aurait certainement pas contrôlé des êtres qui avaient déjà plus de dix siècles derrière eux.
Elle sentit que les trois vampires –dont son fils- venaient de quitter les lieux, laissant le château dans une non-animation comme il en connaissait peu. Elle s’intéressa de nouveau à Adam –comme si l’on aurait pu l’oublier. Et en poussant une porte de service qui était à quelques mètres de ses yeux nyctalopes elle confirma sa question précédente :

« Bienvenu chez moi Adam. »

C’était l’entrée des lavandières, qui, heureusement sinon quoi elles auraient été apeurées par l’aspect d’Adam, n’étaient pas présente à cette heure de la nuit. Il n’y avait qu’un escalier et un couloir et enfin, ils atteignaient les appartements d’Eshiny.

Spoiler:
 


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une sombre arrivée...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une sombre arrivée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP]L'arrivée
» W40K-JDR "La Sombre Hérésie"
» Arrivée précipitée
» La Garde Sombre
» Probleme avec ma Sega Naomi : affichage trop sombre en 15khz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrie Eleison - Les enfants de Satan :: 
Premier étage
 :: Domaine d'Eshiny :: Les écuries et le parc :: Orée de la forêt
-