Kyrie Eleison - Les enfants de Satan

Enfants de Dieu, vous voilà adoptés par Satan...
Forum Rpg.

 
Nous sommes en mars 1850...Le temps est plutôt à la pluie du côté de Paris, brumeux pour la Transylvanie et clément en Italie...


Les prédéfinis sont arrivés ! Adoptez-les, ils sont adorables <3

Partagez | 
 

 ~ Astrid ~ La belle aux cheveux d'or ou l'ange de la mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astrid
Théâtre des Vampires
avatar
Théâtre des Vampires


"Je pouvais sur mon coup, sentir sa chaude haleine. La peau de ma gorge commençait alors à me picoter... Je pouvais sentir les délicats et frémissants frôlements des lèvres sur ma gorge à la peau délicate, et la dure incision de deux dents aiguisées."




Récits :
72

Localisation :
Au théâtre.



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
117/500  (117/500)

MessageSujet: ~ Astrid ~ La belle aux cheveux d'or ou l'ange de la mort.   Jeu 26 Juil - 13:32




Astrid

« Ce n'est rien d'autre qu'une illusion. »





Généralités :
Nom : Astrid.
Âge : 97 ans.
Date de naissance et de mort : 6 octobre 1736 ~ 02 décembre 1753.
Race : Vampire.
[i]Caste :
Les malheureux Damnés.
Clan : France.
Éventuels enfants : Aucun.
Créateur : Santiago.







Récit psychologique.



Astrid et sa description psychologique... Un défi des plus intéressants. Bien qu'Astrid ne soit pas un vampire assoiffé de sang, semant la peur sur son passage, et la terreur sur le pâle visage de ses condisciples, elle est une bien difficile "jeune fille" à cerner. Astrid est douce, discrète, sage et généreuse en soi. Ce qui peut s'avérer très dur en possédant l'âme monstrueuse d'un de ces démons. Pourtant, elle essaie tant bien que mal de ne pas succomber à l'appel du sang, et de ne pas devenir l'un de ces tueurs sanguinaires. En lui parlant, parfois même seulement en l'observant, certains de ses condisciples pourraient la penser innocente mortelle. Innocente, elle l'est presque, mortelle, elle ne l'est plus depuis ce qui lui semble être une éternité. Elle reste sensible, et la tristesse qui se lit sur son pâle visage, reflet de sa malheureuse vie, pourrait finalement faire ressentir une once de pitié à tous pour cette ange aux cheveux dorés. Pourquoi diable cette enfant ne demeure-t-elle pas souriante ? Pourquoi diable ne se contente-t-elle pas d'être simplement heureuse de son immortalité ? La vieillesse de l'attendra point. Aucun rides ne se formeront plus jamais sur ses traits fins. Pas un cheveux blanc ne viendra encombrer ses doux cheveux blonds. Non, rien de cela. Alors pourquoi ne se contente t-elle pas de cela ? Est-ce égoïste ?
Astrid est un vampire difficile à cerner, oui. Car, elle est douce, aimante, généreuse, pure, et innocente. Car un vampire comme celle-ci relève bien de l’innocence face à certains vampires qui l'entoure. L'humanité la détruit, le passé tout autant. Car, elle ne fait que songer à sa vie d'antan. Astrid ne souhaitait pas de cette vie-là. Elle, qui croyait en Dieu. Elle, qui n'avait jamais rien demandé au seigneur. Qu'a t-elle pu donc faire pour mériter ce malheur, et ce désespoir auquel elle s'attache chaque jour ? Qu'a-t-elle pu commettre d'irréparable pour mériter cette souffrance ? Pourquoi ne peut-elle pas mourir, tout simplement ? C'est ce qu'elle se demande, bien régulièrement. Mais elle n'obtient jamais de réponses. Non, jamais. Aucune.
Astrid ne peut être mauvaise. Elle n'y arrive pas. Elle n'y parvient pas. Elle est honnête non pas car elle pense devoir l'être, mais car elle ne sait pas mentir. Mortelle, elle n'était pas une vilaine enfant, mais devenir un vampire n'a fait q'accentuer sa fragilité, et non demeurer plus forte.
Car, oui, elle est fragile. Extrêmement fragile. Sa vie ne tient pas qu'un un fil, mais c'est ce que l'on pourrait croire en plonger son regard dans ses yeux cristallins. Elle ne se sent bien qu'en présence de Santiago. Car, celui-ci l’apaise. Elle est pourtant bien plus fragile dans ses bras, bizarrement. Mais, à la différence, c'est qu'elle se sent en sécurité à ses côtés.
Astrid est craintive, également. Elle prend peur lorsqu'un vampire autre que Santiago l'approche de trop près. Elle prend peur lorsqu'un vampire a pour but de l'effrayer, car celui-ci parvient toujours à ses fins.
Elle chasse peu. A vrai dire, elle ne chasse qu'en présence de Santiago. Et malgré la faim qui la ronge parfois, elle essaie bien souvent de le cacher à son créateur. Elle n'aime pas la chasse. Elle n'aime pas tuer. Ce n'est pas humain. Mais humaine... elle ne l'est plus depuis longtemps.




Récit physique.


Astrid est une personne détenant une fine silhouette. Fine, mais surtout frêle. Son corps fragile, est pâle, et les courbes qui se dessinent sur celui-ci sont douces et délicates. Elle est bien loin de la grande taille de certaines jeunes vampires, mais n'est pas la plus petite des femmes en ce jour. Non, elle serait pour ainsi dire de taille "moyenne". Ses cheveux... Ah, ses doux cheveux. Ils sont blonds. Dorés. La belle aux cheveux d'or .. Oui, ce surnom pourrait la définir convenablement. Ils sont fins, doux au touché, et assez longs. Elle aime prendre du temps à les brosser devant son miroir de cristal, et c'est d'ailleurs l'un de ses passes-temps favori. Elle pourrait passer des heures à les coiffer. Son front est tout aussi pâle que son visage. Plus encore, d'une pâleur froide. Il est dégagé, et court. Ses sourcils sont les seuls ornements qu'il possède. Ceux-ci sont tout aussi fins que ses cheveux d'ailleurs, quoique, un peu plus foncé que leur couleur. Ses yeux sont claires. Couleur émeraude, ou vert, plus simplement. Ce qui lui certifie un regard perçant, et profond. Son nez est court, et droit. Il n'y aurait rien de bien intéressant à le décrire. Quand à ses lèvres, elles sont des plus fines. Pas pleines, ni charnues, non, très fines, ce qui accentue son air fragile et enfantin. Ses pommettes sont pâles, mais parfois légèrement rosées. Ce qui lui donne un certain air humain, malgré le fait qu'elle ne l'est plus.

Pour ce qui est des robes qu'elle porte, elle aime les couleurs pastels, ou très claires. Notamment le blanc, sa couleur préférée. Elle porte rarement du noir, mais cela peut lui arriver. Ses robes sont souvent faite de dentelle, de voiles, ou de soie. Elles ne sont jamais bombées vers le bas, sauf en cas de réceptions ou de convivialités en tout genre. Généralement, elles sont droites, ou un peu moins régulières après la taille. Elle aime marcher pieds nus, ce qui ne se remarque pas sous ses longues robes. Elle n'aime pas réellement les talons, mais sait tout de même marcher grâcieusement avec. Après tout, une vampire quelqu'il soit, doit savoir faire ce genre de choses.





Chroniques d'une vie :



Avant sa vie de défunte, Astrid n'avait pas une vie pleinement heureuse. Elle était fille unique, d'une de ces nobles familles qui ne s'intéressait qu'à l'argent et à la fortune qu'elle occupait. A ses seize ans, déjà, ses parents voulurent la marier. A un homme issu de leur même noblesse, bien évidemment. Peu leur importait que leur fille soit heureuse, il voulait la marier au plus vite à un riche époux, afin d'augmenter leur fortune. Ils essayèrent de lui organiser maintes rencontres, en vain. Non pas qu'aucun des prétendants ne veuillent pas d'elle, mais celle-ci n'y mettait aucunement du sien. Elle n'était pas désobéissante, non. Elle n'était pas insolente, non plus. Elle était simplement rêveuse, et, apparemment, cela était crime. Elle ne parlait plus avec ses parents sans qu'ils ne lui parlent de son mariage, du fait qu'elle devait trouver un époux. Alors, elle ne leur parlait plus sans qu'il y est dispute quelconque. Ses parents la disait "égoïste et capricieuse" alors qu'elle ne pensait qu'à trouver l'homme qui lui conviendrait réellement, sans mariage forcé. Rien de plus. La seule chose qui la rendait encore heureuse était sa passion pour le piano. Depuis sa plus tendre jeunesse, elle en jouait, ce qui avait dont de l'apaiser.
A ses dix-sept ans, alors qu'elle passait une énième soirée de plus à se disputer avec ses parents, elle passa le reste de la soirée dans sa chambre. Elle pleurait sur son lit, sans qu'aucune larmes ne cessent. Elle l'entendit alors. L'homme, resté à sa fenêtre depuis quelques heures, déjà. Bizarrement, elle ne ressentit aucune peur, aucune crainte. Celui-ci s'était approché d'elle, peut-être trop, lui caressant le visage, d'une de ses mains glacées. Il lui chuchotait de belles paroles à son oreille, pendant quelques minutes, ce qui eut comme effet de l'apaiser. Mais alors, qu'elle se croyait en sécurité, il lui posa une question. Une question, une simple question, qui changea le cour de son existence. Elle l'entendit murmurer d'une douce voix. Il voulait l'emmener. Il voulait qu'elle s'en aille avec lui. Astrid revint rapidement à la réalité, faisant un bond en arrière immédiat, ce qui fit sursauter l'homme à la pâleur surnaturel. Elle refusa. Il insista. Elle refusa. Et il insista. Et elle refusa. Mais alors qu'elle pensait qu'il accepterait sa décision, c'en fut tout autre. Il la menaça. La menaça de tuer ses parents si elle ne faisait pas ce qu'il lui disait. Alors la crainte se fit ressentir. Ses lèvres s'entrouvrirent, laissant échapper une respiration haletante et plus bruyante, tandis que ses traits se déformaient sous la peur. Elle n'arrivait plus à réfléchir. Ses parents, elle les aimait. Et, elle avait beau se souvenir de toute ses disputes, elle s'affirmait qu'eux aussi, l'aimait. Alors, elle n'hésita pas plus longtemps. S'approchant de l'homme qui partagerait le reste de son existence, elle accepta.
C'est alors, qu'elle sentit deux dents aiguisées trouer sa douce gorge de poupée.

*

Astrid n'avait pas réellement comprit ce qui s'était passé. Elle restait persuadée que ce n'était qu'un mauvais rêve. Mais bien vite, la réalité la rattrapa. Elle ne se souvenait pas de grand chose, si ce n'était des souvenirs terrifiants. Santiago avait bu son sang, du moins une partie. Elle avait ressenti une sensation étrange, mais elle n'y réfléchit pas. Puis, il lui avait donné le sien, qu'elle fut obligé de boire à son tour. Elle avait d'abord été répugné mais s'étonna elle-même quand elle en redemanda, presque suppliante.

Son réveil fut lent, et elle craignait le pire. Quand elle ouvrit les yeux, elle était.. enfermé. Qu'était-ce ? Il faisait noir, sombre comme la nuit. C'est alors qu'elle sentit un poids sous son corps frêle. C'était lui. Santiago. Elle retint un cris. Il ne fallait pas qu'elle ai peur, elle ne voulait pas l'énerver. Alors, elle ne bougea pas. Fermant les yeux, retenant ses larmes, et se mordant les lèvres à même le sang, elle attendit qu'il se réveille.

**

Elle avait apprit plusieurs choses. Certaines plus futiles que d'autre. Elle était dans un théâtre. Le théâtre de Paris - le théâtre des vampires. Elle avait fait la connaissance de certains d'entre eux, la tête constamment baissée. Santiago ne cessait de maintenir son pâle menton afin de la relever. Le contact de ses doigts glacées la faisait toujours frémir. Elle n'osait pas le regarder dans les yeux, il lui faisait trop peur pour le moment. Elle aurait voulu retourner dans sa chambre, chez elle, reparler à ses parents. Elle regrettait tant d'avoir passé ses dernières années passé avec eux à se disputer pour des choses aussi puérile que son mariage.

***

Céleste avait fait son apparition quelque jours plus tard. Alors que Santiago était partit chasser sans elle, elle s'était réfugiée dans un coin, seule. Une femme brune, aux yeux magnifiques s'était approché. Elle pensait qu'elle la réconforterait, car c'était une femme elle-aussi, et qu'elle comprendrait son désespoir. Mais ce ne fut rien de cela. A la place, elle s’agenouilla près d'elle, lui offrant un regard bien plus menaçant que la fois où Santiago l'avait fait chanter. Elle lui avait alors apprit qui elle était. Qui elle était ? Ce n'était autre que l'ancienne compagne de Santiago. Elle avait dit l'aimer. Astrid ne comprenait pas comment l'on pouvait aimer un vampire. Santiago lui avait dit plusieurs fois qu'il tenait à elle plus que tout au monde. Mais elle n'avait pas pu dire la même chose. C'était impossible.
La Céleste s'était alors mit à lui parler, d'une façon tranchante et haineuse. Que de mauvaises paroles pour elle. Elle ne faisait que lui jurer des choses abominables. Elle lui affirma, que, quand Santiago aurait le dos tourné, elle s'assurerait qu'Astrid souffre autant qu'elle avait souffert. Celle-ci n'avait rien répondu, se contentant de se demander ce qu'elle avait fait pour mériter pire châtiment. Etait-ce de sa faute si Santiago l’aimait ? Etait-ce de sa faute s'il avait fait d'elle un vampire ? Etait-ce de sa faute si, si elle avait bien compris, il avait abandonnée Céleste pour elle ? L’abandonnerait-il tout comme il l'avait fait avec cette femme ? Que ferait-elle après cela ? Elle ne voulait pas savoir. Tout ce qu'elle savait, était que, quelques jours plus tard, elle croisa la route de Céleste en compagnie de Santiago. Elle pensait que tout deux se mettraient à se jurer l'un sur l'autre, mais encore une fois, il n'en fut rien. Céleste et Santiago parlèrent pendant un long moment - celle-ci eut même l'audace de complimenter Astrid sur sa beauté, alors qu'elle lui offrit un regard qu'elle seule comprit.
Santiago pensait que Céleste était resté celle qu'elle était, qu'ils étaient restés "amis". Hypocrisie était le seul véritable mot qui les liait encore. Céleste désirait se venger seulement sur Astrid. Pourquoi la vie était-elle si injuste ?
La malheureuse essayait chaque jours de se protéger de Céleste, de l'éviter, alors que celle-ci ne faisait que la chercher, à chaque secondes.
Elle voulait se venger. Et sa vengeance, elle l'aurait bien assez tôt.

****

Sa vie de vampire, elle fut obligé de s'y habituer. Au bout de quelques années, elle comprit que l'éternité l'attendait, alors elle arrêta de se morfondre, ou presque. Elle était passé voir ses parents, le souvenir de sa maison, la cheminée près du fauteuil, son père, quelque peu vieillit par le temps, et sa mère à ses côtés, elle avait versé une larme. Mais la vérité la frappa de plein fouet. Ses parents n'avaient menés aucune recherches sur sa soudaine disparition. Ils avaient pensé qu'elle n'avait fait qu'une malheureuse fugue d’adolescente. Comment avait-ils pu ? Comment avait-ils osés ne pas faire une seule recherche, une seule alerte, pour retrouver leur fille ? Une pensée atroce l'avait traversé ce jour-là. Ils ne l'aimaient pas. Ses parents ne l'aimaient pas, ils ne l'avait jamais aimé. Ils ne pensaient qu'à l'argent qu'ils auraient pu gagner grâce à elle.
Après cela, elle ne ressentit qu'un sentiment de haine profonde face à ces deux êtres, qui étaient devenu des étrangers, à présent.

*****

Elle avait apprit à s'attacher à Santiago. Il n'était pas l'abominable vampire qu'elle croyait. Il était protecteur, et doux envers elle. Seul lui comptait, elle ne tenait à personne d'autre. Elle ne connaissait que lui.

Elle l'aimait.

Elle l'aimait, oui, mais pas comme lui, l'aimait. Elle l'aimait comme sa seule famille, et lui l'aimait, comme sa propre femme. Il disait qu'elle lui appartenait. C'était vrai, mais elle n'aimait pas ce côté possessif qu'il détenait. Elle se laissait faire, de ses douces paroles. Car elle ne pouvait faire autrement. Il arrivait à Santiago d'être brutal sans le vouloir, mais il s'excusait toujours après cela, lui répétant qu'il l'aimait et qu'il ne pourrait jamais lui en faire... du mal. Inconsciemment, c'est ce qu'il faisait, mais elle ne lui en voulait pas. Elle était trop attachée à lui pour lui en vouloir. Alors elle se laissait faire. Comme toujours.


Afin que vous ne soyez plus un étranger, présentez-vous quelques peu.
Prénom : Nessie, pour les intimes.
Âge : 15 javelots.
Expérience en Rp : Environs 1 ans, il me semble.
Fréquence de connexion : Le plus souvent possible.
Découverte du forum : J'ai contribué à sa construction è_é.





« Chaque note de musique résonne comme un tintement de cloche
et s'écoule telle une eau courante,
bercée de merveilleux souvenirs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro/
 

~ Astrid ~ La belle aux cheveux d'or ou l'ange de la mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un week-end à Gensokyo avec Yoshika Miyako
» Les nouvelles coiffures wow.
» Mariage de Hérisson53 et Sakurahime à Montluçon - 05/09/1457
» Qui veut une belle valise à figurines pour Nowel ?
» De la belle ouvrage!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrie Eleison - Les enfants de Satan :: 
Avant de faire le premier pas
 :: Posts vacants & scénarios :: Galerie des portraits
-