Kyrie Eleison - Les enfants de Satan

Enfants de Dieu, vous voilà adoptés par Satan...
Forum Rpg.

 
Nous sommes en mars 1850...Le temps est plutôt à la pluie du côté de Paris, brumeux pour la Transylvanie et clément en Italie...


Les prédéfinis sont arrivés ! Adoptez-les, ils sont adorables <3

Partagez | 
 

 Céleste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Céleste
Théâtre des Vampires
avatar
Théâtre des Vampires

Récits :
5



MessageSujet: Céleste   Dim 29 Juil - 16:09




Céleste

« Tomber est permis ; Se relever est ordonné. »





Généralités :
Nom : Céleste
Âge : 126 ans
Date de naissance et de mort : 2 août 1721- 26 novembre 1750
Race : Vampire
Caste : Chasseur
Clan : Théâtre des Vampires
Éventuels enfants : Estelle
Créateur : Qui a fait de vous un vampire ? Santiago








Récit psychologique.


Ah, enfin les masques tombent.
Fini le théâtre, chère Céleste.
Montre nous ton véritable visage.
L’abandon de ton amant est une blessure toujours à vif, n’est-ce pas? Tu lui en veux de t’avoir laissé au profit d’une petite blondinette, je me trompe? Tu lui en veux d’avoir fait de toi la créature que tu es aujourd’hui, de t’avoir charmé avec des promesses d’éternité passée à deux, non? La colère te ronge, je peux le voir dans ton regard. Mais tu l’aime encore. L’immortalité t’as empêché de passer outre cette trahison. Si humaine le cours de la vie t’aurait débarrassé de cette douleur, la vie à perpétuité ne fait que la raviver un peu plus. Pourtant, hors de question que tu laisse quiconque voir tes véritables intentions. Ces choses te concernent, toi, et personne d’autre.

Au diable cette petite chipie qui t’as volé ton du. Au diable cet être exécrable qui t’as laissée seule devant l’éternité.

Si tu vis pour exécuter ta vengeance envers cette damnée voleuse, cela ne t’empêche pas de tisser des liens avec les autres membres du théâtre. D’ailleurs, tu es très appréciée par ceux-ci. En présence d’Astrid tu te permets répliques cinglantes et sarcasmes qui cherchent à recueillir l’approbation de tes semblables, mais tu dissimules habilement cette supercherie derrière un humour charmant et bien dosé. Ainsi, on ne t’accuse point de méchanceté envers ta semblable. Tes autres compagnons du théâtre n’ont à craindre de toi que ton record personnel de meurtres humains en une nuit. À moins bien sûr que tu ne décide de les prendre en chasse comme tu l’as fais avec Santiago et sa pimbêche blonde.

Malgré tout, tu reste d’humeur légère. Les autres apprécient ton rire coquet, aiment tes clins d’œil aguicheurs, fondent en entendant ton rire cristallin. Les autres vampires envie ta persévérance, et s’ils ne savent pas à quel point ton cœur est meurtri et recherche la compagnie d’autrui pour apaiser ses douleurs, ils admirent la manière dont tu te dresse, fière, devant la fatalité. Tu inspires confiance, les gens ne peuvent que t’apprécier…Car ils savent que s’ils tombent dans ta liste noire, leur vie éternelle sera un enfer pire que celui qui les attend six pieds sous terre.

Tu camouffles ton âme en peine sous des relations frivoles et sans réellement d’intérêt pour ta personne. Aucun homme n’a réussi à faire battre ton cœur autant que l’a fait Santiago, le seul dont tu souhaites l’amour autant que la mort. Pourtant, cela ne veut pas dire que tu es insensible au charme de ceux qui croisent ta route. Et Dieu, ou probablement Satan, sait que ton ambition est sans limites, et que comme dans tous les autres domaines, tu arriveras à mettre le grappin sur tout ce qui te plaira.




Récit physique.


Céleste, ô belle céleste.
Tu portes bien ton nom, inutile de le nier. Ta condition de vampire t’a octroyé la jeunesse éternelle, ainsi que la douceur au regard qui l’accompagne. Ta peau de marbre étincelle sous le contraste de tes cheveux d’ébène, qui tombent en une cascade de bouclettes soyeuses entre tes omoplates. Ton cou délicat et tes frêles épaules donnent envie de les parcourir du bout des doigts – ou des lèvres – et ta poitrine, d’ordinaire discrète mais bien mise à l’avant par les corsets que tu portes, n’en est que plus invitante. C’est une véritable taille de guêpe que tu arbore sous tes robes aux larges jupes, et des jambes longues et fuselées que tu caches sous ces lourds habits. Comparée à d’autres, néanmoins, tu es plus petite, mais tu n’as cure de ce détail qui n’enlève rien à ton physique aux nombreux atouts.

Ton visage est somme toute symétrique. Au dessus d’un nez droit se dessinent des sourcils fins, légèrement arqués, sous lesquels se trouvent deux yeux en amande d’une teinte oscillant entre le bleu et le vert. Des yeux brillant d’une lueur pétillante de malice, un regard qui peut se prétendre perçant et accusateur comme il peut être doux et invitant. Un regard expressif à l’extrême, qui peut faire tomber des têtes en un clin d’œil. En arrivant difficilement à se détacher de ton regard et en laissant le nôtre naviguer vers le bas, on peu trouver sous ton nez des lèvres qu’on croirait peintes d’une main experte tant elles sont bien définies. Ton visage se termine en un menton triangulaire, donnant à celui-ci une forme élancée, harmonieuse.

La démesure ne t’effleure même pas l’esprit lorsque tu enfiles une de tes robes. Tu aimes les pierres, et tout ce qui brille, et tes habillements reflètent on ne peut mieux cet attrait, brodés de toutes sortes de détails, de dentelles et de voiles. Chacune de tes robes en devient une œuvre d’art, tant il s’agit d’un amalgame complexe de tissus et pierreries. Pourtant, tu sais porter ces tenues avec grâce, tandis que sur n’importe quelle autre jeune femme, cela donnerait des allures de redondance. Ton style vestimentaire fait de toi un être unique inspirant la fascination, mais ça, on ne le doit évidemment pas qu’aux parures sur tes robes…




Chroniques d'une vie :


Ta vie d’avant n’a que trop peu d’importance. Ta véritable vie s’amorça à l’instant de ta mort. Pourtant, il y avait bien quelque chose, avant que tu ne deviennes une créature immortelle de la nuit. La coquille qui te sert de corps a bien entendu été dotée d’un certain vécu avant que tu ne te sois transformée. Passer outre cette période serait renier cette humanité que tu regrette aujourd’hui, et trop s’y attarder serait mettre l’emphase sur un passé qui ne vaut plus rien à tes yeux, qui ne ravive qu’une certaine amertume chez toi.

Ta vie précédente était monotone, sans intérêt. Tu n’es pas née avec une petite cuillère en argent dans la bouche, mais disons que tu n’en étais pas loin, vu le rang de tes parents, et tous les efforts qu’ils déployaient à s’élever toujours plus haut dans la hiérarchie, redorant sans cesse son blason de quelconque manière que ce soit. Tu es née avec tes deux parents près de toi, et cela n’aurait sûrement pas changé. Le rêve ultime aurait été que tu épouse un noble, mais ce n’était bien sûr qu’un rêve utopique de la part de deux parents aveuglés par leur quête de pouvoir. En attendant, tu jouissais de la fortune familiale, forçant tes aînés à se plier à tes caprices, leur imposant sans cesse des ultimatums. Il aurait été dommage que leur bien aimée fille ne décide de s’enfuir avec un quelconque paria, ruinant ainsi tous les espoirs de ses parents, n’est-ce pas? Tu savais cette menace efficace, et tu n’hésitais pas à inventer des histoires pour pousser tes parents à bout.

Ce train de vie était déjà lancé à pleine vitesse, lorsqu’à tes 25 ans, tu fis une rencontre qui changea ta vie, et causa ta mort. Un homme. Cet homme. Il était plus âgé que toi, et tu n’en avais que trop conscience. Pourtant, une force irrésistible t’attirait vers lui à l’époque, et lui aussi ne semblait pas insensible à ton charme. Commença alors une fréquentation qui se fit à l’insu de tes géniteurs. Les histoires que tu leur racontais pour les faire paniquer devenaient chaque jour plus véridiques, et si un certain malaise s’emparait de toi en y pensant, la satisfaction que tu éprouvait lorsque le regard de cet homme glissait le long de ta silhouette te faisait oublier toute inquiétude quelle qu’elle soit. C’est à ce moment que tes parents sortirent du cadre, puisque tout ce qui avait d’importance à tes yeux n’était plus que Santiago, celui que tu croyais ton amant, et qui te faisais croire en la chose, disant t’aimer avec la même force.

C’est alors que ta vie prit un tout nouveau tournant. Puisque tes 25 ans furent aussi synonyme de ta mort, et de ta résurrection de l’autre côté. Tu appris la vérité lorsque Santiago cru bon t’en faire part. Choquée par la véritable nature de l’homme pour lequel tu éprouvais des sentiments, tu te retrouvas sonnée, et incapable de démêler les émotions contradictoire qui se bousculaient en toi. Aussi, lorsqu’il te proposa de l’accompagner dans l’éternité, c’est l’amour qui prit les devant et te poussa à accepter, inconsciente des inconvénients, aveuglée par l’idée de te retrouver aux côtés de Santiago à jamais, la mort ne pouvant même plus vous séparer. Et c’est après un douloureux rituel, durant lequel tu t’enivras pour le goût cuivré du sang, que tu devins vampire, et que tu endossas le poids de la nuit, quittant ta petite vie qui te semblait alors inutile. Tu partis vivre aux côté de ton amant, abandonnant tout le reste derrière toi. Durant des années, malgré le fait que ta condition ne te permettait plus de sortir le jour, tu te consolas en pensant que pour l’éternité, Santiago resterait près de toi et vice versa.

Il ne te vint jamais à l’idée que ton précieux amant puisse un jour se lasser. Si bien que, lorsqu’il parti en te laissant seule durant des mois, l’idée qu’il soit dans les bras d’une autre ne t’effleura même pas l’esprit. Pire, tu croyais que ton cher vampire se serait laissé faire face aux dangers des rues de Paris, et ce malgré sa condition surnaturelle! Tu étais sotte, à l’époque. Aveuglée par des sentiments aussi solides qu’un château de cartes. Et la sottise ne s’arrête pas là, puisque lorsqu’il revint vers toi, te parlant durant des heures d’une certaine jeune fille aux cheveux d’or, tu n’eus même pas la puce à l’oreille, t’asseyant sur tes lauriers, et pensant que le lien qui vous unissait Santiago et toi était plus fort, et plus éternel que l’amour paternel qu’il portait à cette petite blondinette anonyme.

Le château de carte s’écroula lorsque, quelques temps d’absence plus tard, il revint au bras de cette pauvre innocente à la tignasse dorée. Je ne t’aime plus. C’est elle que j’aime. Ces mots résonnent encore à ton esprit. C’était comme un coup de poing dans le ventre, pire, comme un coup de couteau vis-à-vis du cœur. Tu avais beau ne plus posséder d’humanité, la peine mêlée à la rage que tu ressentis à ce moment se logea entre tes entrailles, comme un mal toujours présent, et qui ne se dissiperait que lorsque ta vengeance serait accomplie, et que la blondinette se serait repentie. Car c’était une faute qu’elle avait commise en s’immisçant dans votre mort si parfaite à Santiago et à toi. C’était Astrid la fautive dans toute cette histoire, et même si elle jouait l’innocente, allant même jusqu'à feindre de l’admiration pour ta personne, tu savais mieux que quiconque qu’elle était ton mal, une épine dans le pied, et que tu aurais tôt fait de la retirer, que Santiago le veuille ou non. C’était sa faute si tu avais fini par t’enfuir du repère de ton paternel vampire, loin de ce couple qui te dégoûtait au plus au haut point.

C’est après cela que tu fis la rencontre d’Estelle. Ton cœur meurtri ayant bien besoin de distraction, c’est sur cette pauvre jeune femme victime de la révolution que tu jetas ton dévolu, et avec qui tu entamas une perversion malsaine qui dura des années, jusqu’à ce qu’elle finisse par te rejoindre dans la mort. À tes yeux, il s’agissait plus d’un animal de compagnie que d’une amie, te changeant les idées lorsque tes pensées se retrouvaient submergées par l’image de Santiago au bras d’Astrid.

Ta course folle s’achève une dizaine d’années plus tard, au théâtre des vampires. Tu le rejoins en compagnie d’Estelle après avoir fait la rencontre d’Armand, qui devint un ami pour toi. Cela aurait pu te libérer le cœur une bonne fois pour toutes, mais tes espoirs furent anéantis lorsque tu retrouvas Santiago et ta nemesis, eux aussi résidents du théâtre. Dès cet instant, tu compris que ton âme ne trouverait jamais repos, et qu’il faudrait que tu t’y fasses, car le théâtre des vampires était ta nouvelle demeure, et que tu ne comptais pas t’en départir. Cette détermination sera-t-elle suffisante pour que tu supporte la vue de tes démons du passé? Sache Céleste que le pire est à venir. Ta détermination est-elle réellement sans failles?



Afin que vous ne soyez plus un étranger, présentez-vous quelques peu.
Prénom : Odile (Doddz)
Âge : 18 ans
Expérience en Rp : Depuis 7 ans
Fréquence de connexion : Je passe normalement tous les jours.
Découverte du forum : Adam m'a refilé l'adresse Very Happy



Dernière édition par Céleste le Mar 31 Juil - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azraëlle
avatar


"Triste Lune dont le reflet est accessible de tous. Toi Lune grise, tu règne sur ceux-là qui ne voient plus que toi...
Nous ne rêvons plus de rien."



But I shall rule...

Récits :
93

Localisation :
Une certaine scène, dans une certaine Capitale. C'est incertain.



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
485/500  (485/500)

MessageSujet: Re: Céleste   Mar 31 Juil - 16:10

Tu tutoies ton histoire avec délicatesse et poésie. Just Perfect Ö


Je te tuerai Invité.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: Céleste   Mar 31 Juil - 16:40

Par-fait. ♥


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Céleste   

Revenir en haut Aller en bas
 

Céleste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE Palefroi céleste : Comment l'intégrer en rp ?
» Le trône céleste
» Commande item glourséleste à evi.
» [Fic] Le Pourfendeur Céleste
» triple mains céleste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrie Eleison - Les enfants de Satan :: 
Avant de faire le premier pas
 :: Posts vacants & scénarios :: Galerie des portraits
-