Kyrie Eleison - Les enfants de Satan

Enfants de Dieu, vous voilà adoptés par Satan...
Forum Rpg.

 
Nous sommes en mars 1850...Le temps est plutôt à la pluie du côté de Paris, brumeux pour la Transylvanie et clément en Italie...


Les prédéfinis sont arrivés ! Adoptez-les, ils sont adorables <3

Partagez | 
 

 -The Ghost of the Rose ... -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pénélope
Théâtre des Vampires
avatar
Théâtre des Vampires


"Comme une impression de déjà vu,
Le Désir de passait inaperçu"





Récits :
7

Localisation :
Dans les rues de Paris...



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
399/500  (399/500)

MessageSujet: -The Ghost of the Rose ... -   Jeu 26 Avr - 15:39



"Promise me, when you see, a white rose you'll think of me
I love you so,
Never let go,
I will be your ghost of a rose... "











Généralités.

Nom : Pénélope
Âge : 999an.
Date de naissance et de mort : Naquit le 24 octobre 851 et mourra le 13 décembre 883
Race : Vampire
Caste : Sages
Clan : La France est mon berceau, j'y resterais le temps de l’Éternité
Éventuels enfants : Mortel, elle eu un fils a qui elle offrit l'Immortalité
Créateur : Un vampire nommé Caleb qui ne fut pas réellement son Maitre...










Récit psychologique.


La première fois qu'on l'a rencontre, elle donne un aspect tranquille et bienveillant qu'on aurait du mal à croire que en vérité, elle est une dangereusement criminelle. Cette tendance angélique incite les Mortels à lui faire confiance. Pourtant, très peu d'entre eux finissent avec deux marques ensanglantées dans le cou car Pénélope apprécie leurs compagnies, surtout celle de la haute société et des érudits. Curieuse de nature, c'est surement cela qui lui permit de survire et de passer le cap de la "jeunesse". C'est une femme calme et réfléchis, qui vit à l'extérieur du cercle de sa caste car aux fils des années, elle devient quelque peu misanthrope sur les bords. Elle partage un ancien manoir hérité d'un de ses défunts maris entourer d'innombrables jardins de fleuris avec son cher fils où elle continue de faire vivre l'entreprise familiale de parfumerie "De la Rose". Pourtant, il n'est pas rare de la voir au Théâtre, devenant soudainement joueuse, aimant séduire et ouverte au monde, parfois trop bavarde, ce qui semble être son principal défaut. Mais l'instant d'après, peut retomber dans une profonde mélancolie. Malgré ses brusques changements d'humeur, Pénélope est une femme sur laquelle on peut compter. Aidant les plus jeunes vampires à passer le stade la "jeunesse" et restant le plus souvent neutre dans les conflits de ses semblables un peu plus âgés ce qu'il lui vaut le plus souvent des remarques déplaisantes de ses derniers. Certains sont même à aller trop la chercher, réveillant le démon qui sommeille en la calme femme et l'ont très vite regretté.








Récit physique.


De loin, on reconnait très parfaitement Pénélope.
Plutôt grande de taille et relativement mince, elle porte le plus souvent des robes victoriennes principalement rouge ou rose ainsi que des robes plus simples, telle des drapés, à l'aspect beaucoup plus vaporeux. Ces dernières, elle ne les porte que se trouvant chez elle. Ses lèvres sont le plus souvent teintées de rouge et sa longue chevelure corbeau est rehaussée en chignon ou juste les mèches folles attachés voir même complétement libre avec des fleurs dans les cheveux si ce n'est pas d’imposants chapeaux. La femme ne quitte que très rarement ses gants noirs en dentelles voulant garder la délicatesse de ses mains pour les fragiles fleurs de son jardin... Ou le maniement de sa dague.
Elle se tient très droite, l'air digne bien qu'ayant la tête penchant toujours légèrement vers le côté gauche, signe de sa curiosité. Elle ne rit que très rarement. Le plus souvent il ne s'agit que d'un petit ricanement à peine perceptible, pour se moquer de ses pairs. Elle possède aussi comme manie de toujours coincé ses cheveux derrière ses oreilles quand elle est anxieuse. Ses mouvements sont lents et gracieux, dansant la valse depuis des siècles et son dialecte peut parfait être étrangement, s’amusant à mélanger les langues ou les expressions des siècles passaient.









Chroniques d'une vie.


La jeune Pénélope naquit en 851, le 24 octobre, d'une famille de paysans dont elle était le sixième enfant et la quatrième fille. D'autres vinrent après elle mais dans la grande fratrie, peu survivent de la famine et du froid. C'est perdu dans un petit village français aujourd'hui disparu que la jeune fille grandit. Rechignant guère elle tâche, la jeune mortelle possédait déjà cette curiosité qui ne l'a quitta jamais. Rêvant de découvrir le monde dans laquelle elle vivait, elle n'hésitait pas à partir à l'aventure dans les campagnes environnantes, à ses risques et périls. C'est lors d'une de ses escapades quotidiennes qu'elle croisa sa route. Elle n'avait alors que 17ans. Son cheval devenait fou, il était à deux doigts de perdre l'équilibre et de tombait dans la rivière. La jeune fille s'avança alors, telle une nymphe sauvage avec sa chevelure de jais et murmura des paroles douces et rassurantes à l'animal. Ce dernier cessa de piaffer et son propriétaire pu reprendre le contrôle de sa monture. C'était un serpent qui avait effrayé le fier animal. Tout simplement. Le jeune homme, stupéfiait par ce qu'il venait de voir, invita la jeune Pénélope à faire une balade à cheval. Elle accepte, lui demandant de l'a raccompagné chez elle. Ce fut très certainement l'un des souvenirs les plus doux de la jeune fille. Aujourd'hui encore, elle repense encore à cette rencontre qui lui offrit son plus cher trésor. A peine rendu chez elle qu'une foule les attendait. Un vieux marchand demandait à ses parents s'ils avaient vu son fils puis se retournèrent quand ils entendirent le bruit des sabots du destrier frappait le sol aux petits galops. A peine eu-t-il poser le pied à terre que l'étranger se tourna vers le père de la jeune fille, lui demandant la main de cette dernière. Le paysan, trop heureux de pouvoir marier sa quatrième fille, accepta. Commença alors la première partie du voyage qu'entrepris Pénélope. De cet union, naquit quelques années plus tard, un garçon prénommé Tristan. Pendant des années, la famille de marchand parcourut la France et ses pays frontaliers sans grands soucis malgré l'insécurité des routes qui les rattrapa bien vite. Pénélope avait alors 30ans. A la naissance de son fils, la famille avait élu domicile dans une maison de pierre en Bretagne, un lieu que la jeune femme appréciait tout particulièrement. Pénélope et sa belle-mère étaient restées dans cette maison ce jour-là quand des hommes du Roi qui contrôlait alors le pays vinrent leurs apprendre la mort respective de leurs époux et les deux femmes tombèrent l'une dans les bras de l'autre en pleurs, sous les yeux de l'innocence de l'enfant qui les regardaient. Commença alors une lente agonie. Quelques mois plus tard, pour subvenir aux besoins de l'ancienne famille marchande, la jeune femme partie pour la ville qu'on appelle dorénavant Paris. Le mot d'ordre fut alors "survivre". Survivre pour pouvoir quitter cet enfer, survivre pour pouvoir reprendre sa belle-mère dans ses bras avec réconfort, survivre pour ré entendre le rire de son cher fils. Survivre. Son enfer dura deux ans. Deux longues années où elle fut traitée comme une misérable, la douceur de son visage disparaissant peu à peu pour laisser le dur masque de la vie. Cette femme de la vie, dont la beauté est souvent comparé à une fleur s’avérait être une plante tueuse. La nuit venait de tombé, avec elle, des hurlements retentissaient dans les ténèbres. Ainsi que le son d'une personne courant, ses pas frappant avec force contre la terre. C'était le chaos alors pourquoi cet homme, cette immondice la poursuivait-elle? Il allait la rattraper, elle n'avait plus de force. L'assassin était sur elle. Trop tard. Elle avait pourtant sortir sa dague, elle frappa son ennemi en son cœur, hoquetant de surprise. Il tomba mort dans ses bras. Mais lui aussi l'avait eu. Elle marcha pendant plus d'une heure, une main tenant son ventre, à quémander de l'aide mais personne ne vient alors elle tomba. Fermer les yeux et prier, une dernière fois, pour son fils. Une ombre vient vers elle. Elle n'avait plus de force. Froid, elle avait froid. La suite, Pénélope a encore du mal à s'en souvenir, la vie l'a quitté. Ce soir-là, elle mourut. Deux fois. Elle ne souvient juste de la douleur qu'elle avait ressentie, des indications murmuraient avec douceur à son oreille par cet étranger. Qui était-il? Pourquoi elle? Pourquoi ne l'achevait-il pas?
-Profite de ta nouvelle vie, jeune Pénélope...
Ses uniques paroles. Et il partit dans la nuit, comme si de rien n'était. Elle ne recroisera son chemin que bien des siècles plus tard, pour la sauver une nouvelle fois. Ce fut une vieille amie de son "sauveur" qui fut son Maitre, une femme d'une cinquantaine d'année, éternelle, qui se prénommait Hildegarde. Une femme dure mais juste d'une patience extrême envers cette nouvelle femme, traumatiser. Plus d'une fois elle attenta à sa vie, incapable de supporter le mal qui l'a rongé mais jamais cette mégère ne l'a laissa faire. Finalement, aux fils des années, Pénélope finit par comprendre le don qui lui a été offert. Elle finit par prendre gout à la mort pour vivre, jouant avec les mortels avec arrogance et le rouge devient sa couleur favorite, comme celle qui l'avait recouvert le soir de sa mort. Les deux femmes voyagèrent, Hildegarde présentant sa protégée à son nouvel univers. Les deux femmes venaient de quitter l'Italie et se rendait en Espagne en passant par le Sud de la France quand la faim se fit sentir. Elles croisèrent sur leur route des voyageurs qui dormaient. Le Maitre s'approcha du plus jeune d'entre eux quand Pénélope l'arrêta, les bras en croix pour le protéger.
-Que fais-tu inconsciente?!
-C'est mon fils.
-Dans ce cas-là, tu sais ce qu'il te reste à faire.
La frayeur se dessina sur son pâle visage mais une flamme emplit de folie flotta dans son regard. Il dormait. Profondément. Le fils de son défunt mari, son trésor. Elle n'hésita pas, par jalousie et égoïsme, à rendre la chair de sa chair immortel, leurs sangs étant déjà indéniablement semblable. Les siècles passèrent, tous trois finirent par prendre des chemins indéniables différents. Tristan resta au côté de Hildegarde, souhaitant gagner en puissance, en pouvoir, grimpaient toujours plus haut les échelons de la société tandis que Pénélope se préféra une vie tranquille, en prise de nouveau à ses anciens troubles psychologiques du à sa jeunesse. Elle était seule dans un monde qui n'était plus le sien, toutes les personnes qu'elle avait connu et appréciait durant ses centaines d'années étaient finalement décédé. Elle avait connu des nombreux hommes, mariait à la plupart d'entre eux malgré le fait qu'elle soit un vampire et malheureusement, contrainte de fuir aux bouts d'un certain nombre d'années... Elle ne supportait plus cette vie d'errance, la folie la consumer. La femme voulut se supprimer définitivement et pour cela rien de tel que répandre son sang maudit dans la demeure de Dieu pour repentir son âme. Sa dague, à quelques millimètres de son cœur, elle était faible, ne s'étant pas nourrit depuis des jours quand il survint, pour la seconde fois, l'ayant retrouvé aux confins des montagnes pyrénéennes, dans un village en ruine, dans cette Église.
-Pourquoi moi?
Un ultime murmura envers cet homme dont elle voyait le visage pour la première fois à la lumière. Il était si semblable à son défunt mari, son unique amour mais pourquoi avoir offert l'immortalité à une inconnue? Il ne lui offrit jamais réellement de véritable réponse mise à part un sourire mystérieux. L'homme, dénommé Caleb, prit son rôle de Maitre à cœur, là guida durant les siècles qui suivirent jusqu’à être sur la femme fut de nouveau sereine dans son âme. Pénélope se fit un nom et une renommée à la cour de Catherine de Médicis ainsi qu'une renaissance. Elle travaillait comme couturière, proposant des nouvelles confections à la Reine quand elle croisa la route d’Alphonse de la Rose, au nom prédéfini, dont la spécialité était les parfums. Elle eut une véritable passion pour ce savoir immense, cette étrange alchimie des fleurs, pouvant créer les plus douces des effluves. Elle se maria à de la Rose, dont elle porte encore aujourd'hui le nom, continuant de faire tourner la distillerie familiale, se faisant passer aux cours des décennies suivantes pour sa femme, puis cousine, tante pour continuer ce beau métier, de faire vivre le savoir de la Rose, dont il ne reste plus aucuns descendants directes de nos jours. Pénélope retrouva son fils à la cour de Louis XIV, le jeune Tristan ayant acquis en savoir et en pouvoir, ayant parfaitement passé le cap de la jeunesse contrairement à sa mère. Pénélope a finalement acquis en sagesse, son existence était devenue plus douce. La vampire côtoyait les humains avec beaucoup plus de faciliter, ayant sa place dans les salons des érudits, parlant philosophie et littérature, ainsi que religion avec dextérité, s'attirant la sympathie des philosophes des Lumières. Nous sommes en 1850. Pénélope vit maintenant sereinement dans son manoir, entourait de multiples espèces de fleurs pour la confection des parfums de la Rose, correspondant avec Hildegarde qui vit maintenant en Italie malgré les conflits entre les clans, toujours aussi protectrice envers son fils qui continu de grimper les échelons de la société. Société qu'elle reçoit souvent dans ses salons privés ou se rendant elle-même en ville, principalement au théâtre des Vampires, laissant exprimer son bonheur de vivre qu'elle avait tant de mal à trouver, retrouvant parfois par le plus grand des hasards le mystérieux Caleb. Mais ceci n'est que la partie émergée de l'iceberg, celle que la femme tient à laisser voir. Car en effet, des cadavres en tout genre s’amoncellent sur son chemin, parfois même dans les sous-sols de sa demeure, telle des âmes maudites, condamnées à errer sans but pour l'éternité. Certains, juste des victimes par envie, quand la fougueuse de la jeunesse l'a reprend, continuant son œuvre de tueuse en série ou juste des ennemi(e)s, des obstacles, éliminaient avec sang-froid -c'est le cas de le dire- et sans remord, ayant pour doctrine la torture avant l'ultime libération. Elle s'est se faire apprécier ainsi qu'imposer le respect par la crainte, trompant pour subvenir ses fins. Voilà ce qu'a été la vie mouvementé de Pénélope de la Rose.










Derrière le clavier.


Afin que vous ne soyez plus un étranger, présentez-vous quelques peu.
Prénom : Laure pas de surnom x)
Âge : 16ans
Expérience en Rp : Depuis bientôt presque 1an ^^'
Fréquence de connexion : Le soir vite fait après les cours et le week-end
Découverte du forum : J'avais envie de découvrir le bébé-fow de Sou' :B









Dernière édition par Pénélope le Ven 18 Mai - 9:44, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose
avatar


"L'amour ce nourrit de tout mon cher, car tout lui va si bien ! "




Récits :
41

Localisation :
Transylvanie



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
45/500  (45/500)

MessageSujet: Re: -The Ghost of the Rose ... -   Ven 27 Avr - 10:50

Bienvenue à toi ,^^
J'adore ton vava *_*






" Je compte sur mes doigts puis je te mords. Ce sera toi le chat ..Je t'attrape et te dévore Prends tes jambes à ton cou .
Et cours cours ..Ca ne changera rien du tout car cette fois c'est ton tour mon amour.."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azraëlle
avatar


"Triste Lune dont le reflet est accessible de tous. Toi Lune grise, tu règne sur ceux-là qui ne voient plus que toi...
Nous ne rêvons plus de rien."



But I shall rule...

Récits :
93

Localisation :
Une certaine scène, dans une certaine Capitale. C'est incertain.



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
485/500  (485/500)

MessageSujet: Re: -The Ghost of the Rose ... -   Ven 27 Avr - 17:26

La bienvenue! Qui est la damoiselle de ton avatar? (je reconnais pas T.T xD)


Je te tuerai Invité.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrid
Théâtre des Vampires
avatar
Théâtre des Vampires


"Je pouvais sur mon coup, sentir sa chaude haleine. La peau de ma gorge commençait alors à me picoter... Je pouvais sentir les délicats et frémissants frôlements des lèvres sur ma gorge à la peau délicate, et la dure incision de deux dents aiguisées."




Récits :
72

Localisation :
Au théâtre.



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
117/500  (117/500)

MessageSujet: Re: -The Ghost of the Rose ... -   Dim 29 Avr - 12:53

BIENVENUE parmi nous ! ♥




« Chaque note de musique résonne comme un tintement de cloche
et s'écoule telle une eau courante,
bercée de merveilleux souvenirs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro/
Eshiny
Vampire de Transylvanie
avatar
Vampire de Transylvanie


« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité... »


Maudite chère enfant gâtée.

Récits :
158

Localisation :
Dans mon domaine de Transylvanie, bien entendu !



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
428/500  (428/500)

MessageSujet: Re: -The Ghost of the Rose ... -   Mar 15 Mai - 16:14

Weshou Penny' ! \o/

C'est beau de voir que t'as enfin fini ta présentation, c'en est presque incroyable ! J'suis fière de toi mon p'tit :').
So. J'suis là pour modérer è_é.

Pour commencer...Darkmoon *OOOOO*. J'm'aime de t'avoir fait décrouvrir où elle se trouvait :').

Bwef <_<. Les généralités, c'est tout bon \o/. (En même temps, tu te serais plantée, j't'aurais tapée.)

Le mental...Ouuuh, une gentille :')
Sinan c'est bueno pour les Sages <_<.

Bon l'physique aussi.

Et, mon Dieu, j'adore sa vie *OO*. Ca c'est d'l'histoire qui envoie du pâtéééééé ! *___*

Donc, j'valide par encore, j'veux juste que tu corriges tes fautes et ça sera bon (a)



« Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kyrie-eleison.forumactif.pro
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: -The Ghost of the Rose ... -   

Revenir en haut Aller en bas
 

-The Ghost of the Rose ... -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel est votre morceau préféré de Ghost Of A Rose ?
» [Cherche] SNES Ghost
» [Récit, Starcraft] Histoires d'une Ghost
» Laser Ghost (SEGA System18)
» [DCA 2010] [40k]La force … heu …pas rose (désolé Salgin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrie Eleison - Les enfants de Satan :: 
Avant de faire le premier pas
 :: Posts vacants & scénarios :: Galerie des portraits
-