Kyrie Eleison - Les enfants de Satan

Enfants de Dieu, vous voilà adoptés par Satan...
Forum Rpg.

 
Nous sommes en mars 1850...Le temps est plutôt à la pluie du côté de Paris, brumeux pour la Transylvanie et clément en Italie...


Les prédéfinis sont arrivés ! Adoptez-les, ils sont adorables <3

Partagez | 
 

 Armand, un affront fait à Dieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Armand
Théâtre des Vampires
avatar
Théâtre des Vampires


Aucune Voie du Diable ne se déroule sous mes pas et aucun carillon de l'Enfer ne résonne a mes oreilles...




Récits :
41

Localisation :
Au théâtre.



Derrière le masque
Relations positives:
Relations négatives:
Dangerosité:
327/500  (327/500)

MessageSujet: Armand, un affront fait à Dieu.   Mar 8 Mai - 18:10




Andreï, Amadeo, Armand...

« Tu as vu la mort en face plus de cent fois, tu ne sais pas ce que c'est que la vie. »





Généralités :
Nom : Armand
Âge : 369 ans, devenu vampire à 17ans.
Date de naissance et de mort : Né un jour inconnu de 1481, "mort" le 23 mai 1498.
Race : Vampire.
Caste : Sages.
Clan : Maître du Théâtre des Vampires à Paris.
Éventuels enfants : Aucun.
Créateur : Le vampire Marius.








Récit psychologique.



Armand…Amadeo en italien…Mystérieux et fascinant personnage. Il fait se poser bien des questions à la communauté vampirique, lui, ce solitaire que rien ne semble troubler, ni la mort autour de lui, ni les changements politiques. C’est d’ailleurs peut-être pour cela qu’il a connu des périodes instables et s’en est toujours bien sorti, comme encouragé. Il avance seulement, et continue d’avancer, tourmenté par le passé essayant de l’oublier même si cette cause est perdue d’avance. Il est littéralement fasciné par les nouveautés que les siècles peuvent apporter, que ce soit un nouveau style de musique, de nouveaux instruments, de nouvelles inventions. Il ne se lasse jamais d’apprendre, d’en savoir plus…Toujours plus. Il dévore tous les livres qui lui tombent sous la main, que ce soit des pièces de théâtre, des ouvrages hérétiques ou la philosophie des lumières. Il s’entoure d’ailleurs souvent de mortels pour lui faire découvrir dans quel siècle vit-il et les merveilles qu’il peut contenir.
Il est assez silencieux quand il est question de son passé, ne le révélant qu’à des personnes dont il a entièrement confiance. Oh, vous croirez que vous êtes proche de lui, vous croirez qu’il vous adore, qu’il vous aime, mais il n’en sera rien. Rien de plus qu’un jeu dont il est le maître et qu’il a crée uniquement pour se divertir. Non, Armand n’est pas asocial, il rira avec vous, il vous charmera, mais n’oubliez jamais qu’il vous contrôlera comme il contrôle les pantins de son théâtre.
Oh oui, Armand tient à son théâtre, fief des vampires de Paris même si il n’aime aucun des vampires qui s’y trouvent. A part peut-être deux ou trois qu’il estime plus que d’autres, les plus vieux principalement. Il est fier d’être l’acteur principal de ses pièces sataniques, fier d’incarner la mort toute puissante, fier d’être la mort toute puissante de Paris.
Néanmoins, il déteste ne pas être aimé. Il désire plus que tout être adoré par les gens qui l’entoure qu’ils soient mortels ou immortels. Il est aussi profondément égoïste : Tout ce qu’il fait, est pour lui et dans son intérêt. Il est capable de tuer un vampire, et d’enfreindre les lois vampiriques pour obtenir ce qu’il désire. Il a une certaine âme d’enfant gâté si l’on peut dire…
Il est entre autre, un manipulateur et un calculateur très habile. Il sait comment s’y prendre avec les gens, comment les calmer, répondre à leurs interrogations… Cela fait longtemps qu’il ne croit plus en Dieu, ni au Diable d’ailleurs, il continue seulement d’entretenir son culte auprès des membres du Théâtre afin de mieux pouvoir les contrôler. Comme l’Eglise et ses fidèles…





Récit physique.


De grands yeux marrons et mystérieux entourés de longs cils bruns. Des cheveux auburn et bouclés. Un visage d’adolescent depuis des siècles, un visage angélique qui ne devrait pas appartenir au Diable. Sa beauté est un affront fait à Dieu, rien de plus. Son air enfantin et innocent n’est qu’une provocation du Diable pour montrer à quel point son royaume est beau, à quel point son côté est puissant. Armand ne peut empêcher les personnes qu’il croise de le trouver beau, innocemment beau. Comme un adolescent frêle et fragile qu’il n’est plus depuis maintenant bien longtemps.
Etant fasciné par le siècle dans lequel il se trouve, il est toujours habillé avec goût et à la dernière mode, quoique ses vêtements soient relativement sombres. Il pourrait aisément être confondu avec un fils de la noblesse ou même avec un de la bourgeoisie tant ses atours sont riches. Il porte, lorsqu’il est au dehors du théâtre et avec des mortels, des gants, soit noirs, soit blanc, souvent parés par-dessus de bagues ornées de pierres précieuses.
Il coupe souvent ses cheveux bien qu’ils repoussent chaque fois que son esprit tombe dans un sommeil. Il les trouve beaucoup trop longs, eux qui naturellement arrivent à la hauteur de ses épaules, et les coupe donc un peu au dessous des oreilles.
Armand ne laisse paraître aucune émotion sur son visage éternellement enfantin, tel les anges des peintures indéniablement neutres. Son air angélique n'échappe à personne bien qu'il ne fasse rien pour le cultiver, il lui vient tout naturellement et s'accentue avec les années. Il se montre grandement lorsque celui-ci écarquille ses grands yeux, bien que cela soit plutôt rare.





Chroniques d'une vie :



Armand est né Andrei en 1481, un certain jour, il semblait à sa mère que c'était l'hiver mais le garçon n'en su jamais rien, à cette époque de toute manière, nul ne s'en souciait vraiment. Il grandit à Kiev tandis que celle-ci était encore russe, issu d'une famille relativement modeste. Il était destiné à entrer dans un monastère afin de continuer sa carrière de peintre d'icônes. Il n'avait rien contre cette destiné puisque c'était lui même qui l'avait choisie, voulant se retrouver un peu plus près de Dieu. Néanmoins, il en fut autrement. Kidnappé par des marchands d'esclave dans la campagne russe aux alentours de Kiev, il dû quitter son pays et tout ce qui lui tenait à coeur...Il resta un peu moins d'un an entre les mains des marchands d'esclave, le trouvant trop frêle, nul n'était intéressé par lui.
Il fut finalement acheté à Venise par un certain Marius de Romanus...Andrei -car son nom était toujours celui-ci à cette époque- ne savait rien de cet mystérieux homme aux cheveux blancs qui semblait si vieux mais pourtant si fort. Il apprit quelques jours plus tard qu'il était peintre et qu'Andrei allait travailler dans ses ateliers parmi tant d'autres assistants. Le garçon alors âgé de seize ans s'en réjouit puisque peindre était la seule chose dont il était capable.
Il s'intégra facilement à la vie vénitienne guidé par Marius qui semblait avoir fait de lui son protégé. Finalement, alors que les mois passaient, un amour s'installa entre les deux hommes, un amour plutôt étrange, un amour protecteur, un amour irrésistible. Andrei voyait Marius comme un père, un mentor...Finalement, c'est en 1498, alors qu'Andrei était âgé de dix-sept ans que Marius planta ses crocs dans la gorge de cet enfant, protégeant sa beauté aux siècles qu'il traverserait. Andrei devint Amadeo dès ce jour qu'il n'oublia jamais. Il n'oublia jamais l'extase connue par cet échange de sang, le sentiment d'amour et d'ivresse qu'Amadeo ressentait, la sensation que cet instant plutôt court durait des heures durant...L'adolescent ne savait pas vraiment ce qui lui arrivait, il comprenait seulement que son amour pour Marius durerait des siècles, à jamais. La nuit de cette transformation fut merveilleuse, entre amour, baiser, sang, mort. Le premier meurtre d'Amadeo fut presque inconscient, Marius le guida vers un pauvre mendiant dont Amadeo se sustenta sans vraiment être rassasié. Ce fut Marius qui l'arrêta par un geste doux afin que le mortel n'entraîne pas "sa merveille" dont sa mort.
Marius et lui vécurent quelques années ensemble, après quoi, une femme de la noblesse vénitienne d'une grande beauté arriva, Bianca. Ce fut Marius qui en tomba en premier amoureux, puis Amadeo n'éprouvant pour elle aucune jalousie. Ils continuèrent donc à vivre dans le palais vénitien de Marius à trois, dont une sorte de triangle amoureux.
Finalement, après ces années paisibles, un grave événement survint dans ce palais vénitien. Le clan des Vampires d'Italie, groupe satanique dirigé par un certain Santino mit le feu au palais Renaissance de Marius. Un ancien conflit entre le créateur d'Amadeo et ce Santino. Amadeo, apeuré par le feu et le fait de ne pas trouver Marius dans cet incendie refusa de s'enfuir du palais lorsque Bianca l'entraîna vers la sortie. Il ne savait plus quoi faire lui qui serait perdu sans Marius, sans son créateur...
Entendant des voix, il cru retrouver Marius mais tomba sur les vampires de Santino qui l'enlevèrent, lui, et les autres assistants de l'atelier de Marius.
Santino et sa compagne Alessandra l'enfermèrent lorsqu'ils se rendirent compte qu'il était le "fils" de Marius. Ils lui firent croire que Marius était mort et le tourmentèrent en lui faisant croire que c’était de sa faute, que tout était de sa faute. Le fait qu’il soit un tueur en premier lieu. Ils l’enfermèrent dans un cachot obscur durant plusieurs nuits en « pénitence » et lorsqu’il était presque mort de faim, ils lui apportaient un mortel. Ce cycle dura presque un an, durant lequel Amadeo n’attendait plus que Santino et son apport de sang. Celui-ci d’ailleurs avait réussi ce qu’il ambitionnait : Amadeo était devenu complètement dépendant de lui.
Amadeo n’avait plus conscience de rien, seulement un immense sentiment de culpabilité vis-à-vis de lui, mais aussi de la race dont il faisait parti. Santino le libera enfin, et à partir de cet instant, il fit de lui son apprenti afin qu’Amadeo crée un clan à Paris. Il lui appris que les vampires étaient les enfants de Satan et qu’ils devaient agir en tant que tels, vivre dans la misère digne aux enfers qui leur étaient destinés, accomplir la « mission » que le Diable leur avait confiée…
Amadeo obtint alors le noms d’Armand et partit pour Paris toujours tourmenté et n’ayant pour seul but qu’accomplir la demande de Santino. Il ne tarda pas à trouver les vampires errant dans les rues de Paris et leur répéta les mots que Santino lui avait dit afin de les captiver. Ainsi Armand créa le groupuscule satanique de Paris. Ceux-ci se cachèrent en premier lieu dans les catacombes de la ville, puis sous le cimetière des Innocents…
Jusqu’à son arrivée. Armand eut échos de l’arrivée d’un jeune vampire arrogant à Paris, puissant de part son créateur et assez diabolique pour avoir fait le don de l’immortalité à sa mère. Armand chercha par tous les moyens à le rencontrer, cet être qui ne se pliait pas aux principes que Santino lui avait inculqué, cet être véritablement diabolique.
C’est finalement dans une église que les deux garçons se retrouvèrent alors que le prince arrogant pensait qu’Armand serait incapable d’entrer dans la maison de Dieu. La seule chose qu’Armand ne respectait pas concernant les principes appris en Italie était cet éloignement de Dieu et de tout ce qui s’y rapportait. Ce jour-là entre eux il ne se passa rien, mais Armand sentait qu’il devait agir, son clan au sens de Paris courait à sa perte avec l’arrivé de ce nouveau vampire, il devait en finir lui-même si il ne voulait pas participer à cette déchéance.
De retour au cimetière des Innocents, il alluma un immense bûcher et ordonna à son clan de s’y jeter. L’ère de ce clan satanique était finie, ils n’avaient plus lieu d’être. Finalement, ce nouveau vampire, nommé Lestat, interrompit la folie pyromane d’Armand en lui proposant une sorte de pacte. Un étrange pacte à lui et aux quelques vampires toujours en vie. Travailler au Théâtre des Vampires qu’il avait fondé avec l’un de ses enfants et tromper les mortels qui se réjouieront devant ce spectacle pourtant si surnaturel.
Armand refusa en premier lieu, redevenu aussi doux qu’en sa jeunesse, il voulut suivre Lestat et sa compagne de mère, mais celui-ci refusa catégoriquement. Finalement Armand accepta de reprendre le fameux théâtre parisien bien qu’incertain quant à son futur. Il ne savait pas si il devait recommencer là, en 1789, une nouvelle existence, ou en finir pour de bon avec tous les vampires de Paris… Finalement il choisit la première option et s’appliqua à faire connaître le Théâtre des Vampires en réunissant le plus de vampires français.
Santino eut sans nul doute échos de ce changement mais ne vint jamais voir Armand, ce dont celui-ci se réjouit, lui qui détestait à mort Santino, Alessandra et tous les autres vampires qui pouvaient en être proches. Car c’était à présent à eux qu’il reprochait tous les torts, eux et à eux seuls.



Afin que vous ne soyez plus un étranger, présentez-vous quelques peu.
Prénom : Stellou.
Âge : ...
Expérience en Rp : Plus d'un an.
Fréquence de connexion : Tous les jours.
Découverte du forum : C'est curieux...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Armand, un affront fait à Dieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FILM] ♦ Mais qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu ?
» Si ce n'est pas déjà fait
» Bapteme de Siaam
» [LCDJ] L'Union fait la Force V, 24-25 avril, Ormes (45)
» Haut fait à la cime d'Utgarde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrie Eleison - Les enfants de Satan :: 
Avant de faire le premier pas
 :: Posts vacants & scénarios :: Galerie des portraits
-